Lundi Saint

Lundi Saint

200720084750

Ô Ma Chérie !

 Ô Ma Fleur-Perle-Mère-Sœur-Frère -Reine-Belle et Pure,

 Je viens ce matin,

 Réveillé depuis l’aube claire,

 T’honorer et te célébrer,

 Hier j’ai été profondément touché,

 Très touché même,

 Et cela a fait beaucoup d’effets en moi,

 Par cette confidence,

 Lorsque tu m’as appelé,

 Lorsque nous nous sommes parlé,

 Et que tu m’as dit,

 Rayonnante comme tu l’es que tu étais sur le toit,

 Je t’ai vraiment reconnue telle que tu es,

 Comme une Petite Fille,

140220111652a

 Comme un Oiseau,

 Comme une Coquine,

 Comme un être insaisissable,

 Comme un être surprenant,

 Cette maison est tellement faire pour toi aujourd’hui,

 C’est d’une telle synchronicité !

 Tu as la vibration d’une Reine,

 D’Une Déesse,

 D’Une prêtresse,

 D’une Héroïne,

 C’est tout à fait ce que je lis en ce moment,

 De cette lecture à propos d’Aphrodite,

 et tu verras par toi-même pourquoi,

 Et en quoi…

 Tu as l’âme d’une être Folle,

 Tu as l’âme d’une Être Sauvage,

 Femme Sauvage

 Tu le sais, tu le dis souvent,

 Des fait comme ceux-là en sont la partie visible,

 En toi, bien évidement,

 Il y a beaucoup plus encore,

150620091631

 Et vivre à ton côté comme je le fais,

 Comme tu m’offres de le vivre,

 est de la Nature de cet enchantement permanent, Ma-Dame,

 Ô Mon Immense Aimée,

 C’est un pur Emerveillement,

 Et en ce moment,

 En toi, c’est chaque jour,

 Et tu es en mesure de bientôt pouvoir dire en chaque instant…

 C’est évidement cela,

 Sinon que subsistent sans doute encore,

 quelques dernières dérisoires entraves,

 qui lors de certaines périodes disparaissent déjà totalement,

 Depuis toujours,

 Je sais qui tu es,

 De cette Nature totalement libre fondamentalement Libre et Joyeuse,

 J’ai vécu beaucoup, vraiment beaucoup de tristesse, tu sais à te voir souffrir,

 J’en pleure à l’instant Ma-Dame,

tumblr_nd9jbunyNO1rvf139o1_500

 Présentement,

 Oui, tu m’as beaucoup touché,

 Et souvent,

 Toi et tes Petits,

 Toi et ta Peine,

 Toi et tes douleurs,

 Toi et ta souffrance,

 Toi et ta Tristesse,

 Cela m’a toujours attristé,

 J’ai eu mal, j’ai eu peur,

 Et là,

 Voilà que tu chantes,

 Et que c’est chaque jour…

 Tu peux constater oui,

 Que dès lors que tu ne te fuis plus toi-même ,

 Cette Richesse s’exprime, se manifeste, s’épanouit, fleurit, rayonne, bourgeonne,

 Tu évoques depuis quelque temps aussi le Feu qui se manifeste en Toi,

 Je vois ce Feu comme celui d’une cuisson lente et profonde en ton Bassin et en ton Âme,

 En ton Corps et en ton Esprit donc,

 Je sens que ce Feu qui couve vient d’entrer dans sa phase active,

 Comme j’ai été touché que le matin, hier, tu évoques le verger…

 Si tu savais,

 Alors que en moi, chaque regard sur un champ de blés fait venir mes larmes,

 Mon Dieu !

 Ô Ma Reine !

 Ô Ma Jolie !

auguste rodin

 Tu m’as en plus demandé hier de jouir et de me masturber,

 De l’offrande dont tu m’as honoré dans cette journée de Pentecôte,

 Hier, alors que j’étais au Cœur d’une incroyable Nature Sauvage, au Cœur d’un Marais Antique,

Les Mille et Mille Vœux que je porte en moi,

Depuis un An,

Ces Mille et Mille Vœux,

Ont comme fusionnés hier en Moi ils se sont comme agglomérés, agrégés,

Comme qu’ils se réalisaient en un instant,

Je n’ai pas compris pourquoi tout cela se produit d’un coup en moi,

En cet endroit là,

A ce moment là,

 Et le jour même,

 Celui de Pentecôte,

 Tu me demandes en mariage !

 Il n’y a en fait rien où quasiment rien à dire,

 il suffit d’être là,

 Il suffit de vivre,

 Et de Cueillir,

 Et d’accueillir,

 Des mots que l’on se trouve à sa place,

 Tu m’as vraiment beaucoup beaucoup touché,

 Et depuis plusieurs jours,

 Tu m’honores d’une manière,

Particulièrement Belle,

 Et plusieurs fois par jour à Présent

 Je me sens choisi par la Grande Déesse,

 Et j’en suis ému Ma-Dame,

 Je sais que ce que je vis présentement,

 Est de ton fait,

 Je sais que la Joie qui se manifeste en moi,

 Est engendrée, fécondée, générée,

 De par ta Féminité,

 De par ton potentiel Maternant et Fertile,

 Tu es cette Reine incarnée,

 Et je ne plaisante pas Ma-Dame,

 Pour écrire et exprimer cela,

 C’est bien que je te parle de ce que mon Corps contient,

 Tout autant que ma Pensée rationnelle et humaine,

 Depuis les Premiers jours de nos Premiers Échanges,

 Nous avons compris que quelque chose de Grand et de Puissant se produisait,

 Voilà où nous en sommes aujourd’hui,

 Je termine cette lettre en me masturbant,

 En me caressant et dans une forme d’impatience,

 A vivre dès que possible,

 Cette sorte de Sacrifice que tu m’as demandé de réaliser,

 à partir des images d’hier…

 Ô quel Honneur !

 Ô quelle Gloire,

 Ma Chérie,

 Mon Immense Reine,

 Je t’aime Ma-Dame,

 Je t’aime,

 Je te désire, avec Amour Éternel

 Ton,

tumblr_o1ixq37da81suh97yo1_400

 Henri

A propos etoile31

Exister, Être, Vivre, Devenir, Prop-Oser, Réaliser, Enrichir, Aimer, Désirer, Échanger, Correspondre, Dialoguer, Choix, Libertés
Cet article, publié dans correspondance, Dance, Féminin Sacré, Humeur, MeWe, Multiple, Non classé, Rézos, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s