Mon-Sieur, Ma-Dame, Étoile, vendredi (à suivre)#5

Cher Mon-Sieur,

 Ce matin, au lever du Soleil, en pleine Nature, 

 Je me suis dénudé et offert à Ma-Dame,

  ainsi libre et nu dans l’air pur et frais de l’Automne au pied de cette Montagne Noire, 

 Terre de mes ancêtres,

  Offert ainsi en déclamations jusqu’à l’orgasme, 

 jaillissant de ma Semence sur la Terre…

J’ai  bien profité de Dame Nature dès le lever de soleil

sur la route et alors que se levait le soleil, j’ai été parcouru d’un Désir profond d’honorer le Féminin,

 j’ai emprunté un chemin de traverse au milieu des champs baignés de soleil,

et là, je me suis éloigné de la voiture, longeant un bosquet pour me placer face au Soleil,

je me suis lentement dénudé, dévêtu,

me suis baigné dans le Soleil et commencé à me caresser le corps, la peau nue dans l’ai vif et frais,

l’Univers m’a empli, j’ai laissé aller cet échange,

ma main est venue à mon ventre, mes doigts à mon bas ventre,

j’ai commencé à me caresser jusqu’à jouir!

ce fut puissant autant qu’étonnant car sans érection,

je suis resté là, comme sonné dans cette lumière, agenouillé sur la Terre,

 Oui, comme je te l’ai dit dans un message précédant,

  j’étais chez cet ami d’enfance avec qui nous nous retrouvons régulièrement,

 en renouant souvent pour des Temps de rencontres avec nos anciennes relations de jeunesse,

 de ce riche passé de nos Multiples pérégrinations…

 Ce matin, après l’envoi de ces enregistrements réalisées de cet acte d’Offrande et de célébration du Féminin, Ma-Dame m’a appelé,

 Elle n’avait pas encore pris connaissance de ces actes que je lui ai dont décrits avant qu’elle ne les voient…

 puis Ma-Dame m’a parlé d’Inco-Nu, ce fameux homme qui l’a troublée, le frère de cette personne initialement évoquée chez qui elle se rend régulièrement,. 

 Elle m’a dit qu’elle l’a donc revu deux fois et qu’il ne lui tourne plus autour comme il le faisait jusqu’alors…

 Alors poursuivons si tu veux bien!:

Son poignet, sa main, tout en maintenant son regard plongé dans le tien,

Son poignet sa main vont de plus en plus vite le long de la hampe, te décalottant plus en arrière à chaque mouvement, et plaquant plus loin sa main dans ta toison, contre ton pubis…

ton souffle est comme plus profond depuis que vos regards se fixent ainsi…

Soudain une pause, elle te reprend en bouche, fermant ses yeux en concentration…gardant sa main allant et venant à la base de ton sexe,

son autre main toujours sur l’arrière de ta cuisse se crispe visiblement légèrement, comme pour t’attirer contre elle, vers elle ou bien plus loin dans sa bouche, invitant à te cambrer…

Puis cette main contourne ta cuisse et vient entre tes jambes et remonte au sommet de la fourche de celles-ci…et je devine au délicat mouvement de son bras une de ces caresses qui génère l’envol simultané de milliers de papillons d’un coup d’un seul dans tout l’organisme à cet endroit magique des aines….

Tu es parcouru d’un si long frisson, que l’on peut penser que tu vas chanceler…

Puis tes cris contenus, soufflés jusqu’alors dans une sorte de discrétion pudique, on entend et voit monter et jaillir de ta poitrine un long gémissement émouvant, comme une plainte sous les puissances réunies des Milles sensations à l’oeuvre, partout en toi…notamment bien sûr monter de ton ventre, de ton bassin, dont Ma-Dame a pris et prend totalement possession de ton laisser-aller dans cette Volupté offerte,

Je comprends alors à l’immobilisation prolongé de son bras glissé entre tes jambes que l’un de ses doigts…., voyage,s’enfonce,

d’un mouvement prolongé de son visage elle englobe la longueur de ton membre, ses joues ce creusent, longuement…, tu cries presque dans le Silence qui nous baigne, ce cri…,

Sa main quitte ton sexe, son autre main quitte ton entrejambe et elle quitte ton sexe de sa bouche et se relève,  en venant contre toi, pour t’entourer de ses bras plaquant ses seins contre toi, son visage à ton épaule et dans ton cou, plaqué contre toi de son vêtement ouvert, puis ses mains viennent à ton visage.

Ses mains ouvertes de part et d’autre de ton visage pour maintenir ton visage face au sien et plonger à nouveau son regard dans le tien. Elle vient plaquer sa bouche contre la tienne, engager un baiser à pleine bouche de sa part qui se prolonge, son bassin ondoyant contre le tien, et alors que tes mains viennent sur elle, pour l’entourer. Tes mains viennent à sa fine taille. A son tour, elle recule légèrement, s’écarte de toi. Elle quitte le baiser et renoue avec votre regard Elle vient poser son doigt sur ta bouche perpendiculairement à tes lèvres, signifiant ainsi un voeu, une demande de silence prolongé.

Elle se recule à nouveau, de quelques pas en arrière, venant poser son doigt à l’identique du geste qu’elle vient de faire, sur sa bouche, suggérant encore le prolongement de cette paix des Âmes et des Corps, un Silence à Vive dans Votre intensité vibratoire…

Bien à Toi, Joli Frère,

Henri

A propos etoile31

Exister, Être, Vivre, Devenir, Prop-Oser, Réaliser, Enrichir, Aimer, Désirer, Échanger, Correspondre, Dialoguer, Choix, Libertés
Cet article, publié dans correspondance, Dance, Féminin Sacré, MeWe, Multiple, Non classé, Poésie, Rézos, Trio, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s