Définitivement Partie

Définitivement Partie

 

C’est donc lorsque j’étudiais hier soir et dans la nuit, alors que s’est installé plus profondément, plus longuement que jamais et plus intensément encore  le silence que j’ai pensé à Ma-Demois-Elle, à Ma-Demoiselle chez Mon-Sieur, puis à Ma-Demois-Elle et Mon-Sieur qui découvrent une intimité, leur intimité, Ma-Demois-Elle qui va vers d’autres Univers, d’autres Dimensions, d’autres relations, d’autres sensations, d’autres réalisations, d’autres beaux chemins…, pour elle, par elle-même, enfin, …

Je sais que Ma-Demois-Elle, et à quel point elle désire et désirait ce moment, ces moments, ce qu’elle disait « faire un câlin à Mon-Sieur », « faire des câlins à Mon-Sieur » et qui est en voie, de se réaliser, d’être conjugué au Présent, vécu dans l’intensité du temps et de l’instant, du corps et des pensées. Le moment est là, le moment était là, les ingrédients épars enfin Ré-Unis, rassemblées, en deux corps, en mes pensées, et en mon corps attentif…

Cette première nuit du jeudi au vendredi, et comme souvent dans la nuit je m’éveille, je me réveille, pour des pauses plus ou moins longues dans le sommeil. Là, au vu de l’interminable silence j’ai compris qu’ils étaient enfin pour Ma-Demois-Elle, enfin dans les bras l’un de l’autre…

J’ai alors pensé à Ma-Demois-Elle bien sûr, à son, jeune âge, à son inexpérience et je me suis mis à la place de Mon-Sieur, un tel Ange…. Ma-Demois-Elle dans un lit est un  Ange. Alors, oui, je me suis mis à sa place en laissant aller et faire Ma-Demois-Elle comme elle aime et forcément à partir de ce qu’elle connait d’un homme à travers moi et de ce que nous connaissons. J’ai envisagé et senti sa réaction, ses réactions au contact du sexe de Mon-Sieur, du corps de Mon-Sieur, de sa peau, de ses parfums, de ses attentions, j’ai envisagé les gestes et attitudes de Mon-Sieur, ses intentions, son Désir, ses douceurs, sa sensualité, sa virilité, je me suis imprégné des sensations, des perceptions de ses mains sur Ma-Demois-Elle, de ses envies d’Homme pour cette jeune fille à peine jeune Femme.

J’ai senti alors, en Mon-Sieur, la nature Femme/sensuelle/aimante et la nature Femelle/Animale/charnelle de Ma-Demois-Elle, j’ai senti alors le corps de Ma-Demois-Elle, sa taille, ses hanches, la peau et la chair de Ma-Demois-Elle dans les mains et le corps de Mon-Sieur, dans sa chair et son jeune corps d’Homme, de jeune Homme. Son désir pour Ma-Demois-Elle m’a alors empli, son désir s’est alors fait mien. Je suis devenu dur dans la nuit, dur dans le noir, j’ai senti alors mon sexe dans celui de Ma-Demois-Elle Mon sexe se fait dur dans Ma-Demois-Elle. Je sens le corps de Ma-Demois-Elle dans ses mains à lui/moi, la peau de Ma-Demois-Elle, de ses caresses à elle sur Lui/Moi. Je vois Ma-Demois-Elle s’offrir à ce qui se passe, aller devant Moi/Lui, devant Mon-Sieur, s’offrir à ce qui vient, à ce qui les invite à tous les deux, enfin, dans cette fête dans cette rencontre des corps. À cette fête pour Ma-Demois-Elle dans ses/mes mains autant que dans son regard et ses caresses, ce contact si intime, enfin.

Oui, Enfin, enfin, Ma-Demois-Elle Jeune Fille/jeune Femme dans l’intimité de Mon-Sieur, son/mon sexe dressé, érigé, tendu, dur, le ventre de Ma-Demois-Elle qui vibre, ses seins moelleux et chauds et doux, les Parfums de Ma-Demois-Elle pour Mon-Sieur, pour son/mon visage, pour son sang, ces parfums chauds et doux de Femme/jeune Fille, le sexe de Mon-Sieur, dans les doigts de Ma-Demois-Elle, ses hésitations, les vibrations de mon/son sexe dans la longueur dressée et dure de Mon-Sieur, les hésitations des doigts de Ma-Demois-Elle, ses ondulations douces, les contractions de son bassin, les mouvement de ses reins, de ses hanches, ses cuisses pleines qui frémissent et s’ouvrent et ses jambes en prolongements, ses jolis pieds, ses seins qui palpitent, ses seins moelleux et doux pour le visage et les mains de Mon-Sieur, les miennes, ses bras qui s’ouvrent, s’écartent pour étreindre, pour prendre appui, et ses aisselles, ses aisselles qui délivrent les plus capiteux des Parfums, extraits de Ma-Demois-Elle si intimes. Les seins de Ma-Demois-Elle dressés, le sein de Ma-Demois-Elle et ses rondeurs pleines. Et le voyage de Mon-Sieur qui commence . Je suis là, en ces perceptions, je suis là, en ces sensations, c’est intime, c’est un Nid, c’est une enveloppe, c’est une humeur, c’est une Union, c’est une rencontre, qui commence. Une découverte…., Mon sexe est dur, se fait et devient énorme. Je devine celui de Mon-Sieur, le désir de Ma-Demois-Elle, les envies de Ma-Demois-Elle, des souffles, des respirations, des bruits, des froissements, j’entends, j’écoute, je reçois. Me voilà tellement là, et ce sont les mains et les regards qui nous emportent, nous transportent, nous élèvent, nous enlèvent, nous dirigent, sur le fil ténudu désir, dans la Magie de de cette Unité/Rencontre, dans le réel, le Notre, celui d’un tel moment, celui de nos réalités, distinctes, Ré-Unies….

Alors c’est le sens des perceptions, la réalités des corps, des mains, de la chair, de la peau qui concrètement fait tout se rassembler, en autant d’ingrédients, dans la Magie effective du Désir et de nos corps…, le corps de Ma-Demois-Elle, en Femme le corps de Mon-Sieur. en Homme et moi, là, ma présence, qui s’invite dans la nuit, dans l’Imaginaire et le réel. Mon sexe s’est fait plus dur, je sens, je vois, je devine celui de Mon-Sieur, je suis là. Je vois Ma-Demois-Elle qui est là, qui est prête.

(orgasme)

Mon-Sieur est dressé, érigé, dans notre regard, Ma-Demois-Elle, Ma-Demois-Elle d’une présence qui emplit la pièce que je ne connais pas…,cette pièce où la rencontre se produit, se réalise enfin, cette ambiance propice, favorable, ces premiers échanges, à la fois premiers échanges, premiers mots tous récents, premiers regards, premiers contacts, premiers effleurements, premiers touchers, premières caresses, tout est allé si vite, si rapidement en fait. Cette chaleur qui nous invite qui nous parcourt, qui nous emplit…, tous T-Rois et Reine.

Mon/son sexe est dur. Ma-Demois-Elle a choisi, de Prendre Mon-Sieur en Elle, de l’y accueillir…., je suis là, brulant. Alors que montent les parfums de Ma-Demois-Elle en Nous… Du Désir de Ma-Demois-Elle notre sexe se gorge, est gorgé, vibre et palpite. Là, mes/ses mains, ouvertes viennent sur le corps de Ma-Demois-Elle, en approchant, érigé…

Ce contact, de ses/mes mains largement ouvertes, ses/mes doigts au contact de cette chair, de cette peau animée, chaude de Désirs, de Plaisir de Notre premier contact….

Extrait Hangout du vendredi matin :

Moi: Tu as été émue…….?

Elle: Émue de quoi ?

Moi: Émue de ce contact direct avec lui, et de vous deux ensemble……

Elle: Oui, beaucoup

oui, cela donc été fort, et tu as remarqué qu’il l’a senti lui aussi….?

Elle: Qu’il a senti une émotion ?

Moi: J’ai joui cette nuit/ce matin, en pensant à toi…., c’était bon

Elle: Au bon moment donc

Nous sommes synchro

WP_20161102_13_17_16_Pro_LIGrande

A propos etoile31

Exister, Être, Vivre, Devenir, Prop-Oser, Réaliser, Enrichir, Aimer, Désirer, Échanger, Correspondre, Dialoguer, Choix, Libertés
Cet article, publié dans correspondance, MeWe, Non classé, Trio, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Définitivement Partie

  1. nowowak dit :

    Ne cachez pas ce sein que je saurai voir !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :