Phryné, l’Hétaïre des Poètes

Phryné, riche du bien de plus de vingt amants,
Et le cou ruisselant d’or et de diamants,
S’irrite à tout propos du luxe des lorettes,
Et demande un décret qui borne leurs toilettes…

Auguste Barbier

(…)

Je suis belle, ô mortels, comme un rêve de pierre,
Et mon sein où chacun s’est meurtri tour à tour,
Est fait pour inspirer au poète un amour
Éternel et muet ainsi que la matière…

Je trône dans l’azur comme un sphinx incompris;
J’unis un cœur de neige à la blancheur des cygnes;
Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.

Car j’ai, pour fasciner ces dociles amants,
De purs miroirs qui font toutes choses plus belles :
Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles.

Charles Baudelaire, La Beauté,

(…)

Alors je la prenais, dans son corset de verre,
Et sur ma lèvre en feu, qu’elle enflammait encor,
J’aimais à la pencher, coupe ardente et légère,
Cette rousse beauté, ce poison dans de l’or !
Et c’étaient des baisers !… Jamais, jamais vampire
Ne suça d’une enfant le cou charmant et frais
Comme moi je suçais, ô ma rousse hétaïre,
La lèvre de cristal où buvait mon délire
Et sur laquelle tu brûlais !

Et je sentais alors ta foudroyante haleine
Qui passait dans la mienne et, tombant dans mon cœur,
Y redoublait la vie, en effaçait la peine,
Et pour quelques instants en ravivait l’ardeur !

Alors, Fille de Feu, maîtresse sans rivale,
J’aimais à me sentir incendié par toi
Et voulais m’endormir, l’air joyeux, le front pâle,
Sur un bûcher brillant, comme Sardanapale,
Et le bûcher était en moi !

(…)

La Maîtresse rousse, Jules BARBEY D’AUREVILLY

Phrynée, accusée de corrompre les femmes, est trainée devant les héliastes où le célèbre orateur Hypéride, qui est aussi son amant, la défend. Au moment où les héliastes vont prononcer l’arrêt final, sentant la cause perdue, Hypéride fait approcher Phryné, lui déchire ses voiles, arrache sa tunique, dévoilant sa poitrine. Les juges, émus et transportés à la vue de tant de charmes croient apercevoir la déesse elle-même.

A propos etoile31

Exister, Être, Vivre, Devenir, Prop-Oser, Réaliser, Enrichir, Aimer, Désirer, Échanger, Correspondre, Dialoguer, Choix, Libertés
Cet article, publié dans Culture, Dance, Féminin Sacré, MeWe, Non classé, Poésie, Rézos, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Phryné, l’Hétaïre des Poètes

  1. CHumain dit :

    Phryné
    Combien de talents ne compte pour toi, Ô belle Ephriné.
    Qu’ai-je donc à offrir à tes yeux si joliment pourprés ?
    Si ce n’est la grâce du don en ton sein dévoilée.
    Puis-je, en se mouvement de l’âme, recouvrir de ma cape salvatrice, ce petit animal au cœur gros, si insulté.

    Mais comment te libérer du diamant auquel tu t’es scrupuleusement arrimé ?
    Cristallisé au firmament,
    Comme sur le rocher qui, au milieu de l’eau, attend passiament le naufrage du bateau mal dirigé.

    Ce pourrait-il qu’entre nos yeux éclairées des brûlants désirs affamés, une étoile passe chargée de sa gracieuse bonté ?

    Un jour peut-être, oui, peut-être une nuit, sait-on jamais ; qui sait.

    CHumain

    Aimé par 1 personne

    • etoile31 dit :

      Quelle délicieuse allégorie de la Délivrance…. Ô Mercy!

      J'aime

    • etoile31 dit :

      Merci pour ce Chant en Ode à l’Être Phryné ainsi rebaptisée par ton « E » des En-Vols amoureux…
      Cette évocation du Diamant me touche tant de par le fait de la Rêve-Hélation en Ma Mie d’un Diamant apparu au terme d’une prière intérieure de 21 jours!!!! Rêve-Hélant en Elle ses Pures Dimensions de Déesse!
      Le Diamant depuis confié à l’Étoile adoubée « Gardien »

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s