Lendemain d’Équinoxe, Elle!

Ma-Dame!

Votre message est reçu, là encore comme un bouquet de Fleurs dans mon Coeur, 

Il s’y pose avec cette délicatesse de la douceur, de la fragilité, je reçois cela ainsi, parce que vous l’exprimez et que c’est précisément ce qui me parle…, ce qui parle avec vos mots de Femme.

Je connais une Femme qui organise des Cercles de Femmes dans le Désert, au Maroc. Elle est intéressée justement à ce que je participe à ses regroupements, cela se fera un jour, parfois elle vient en France.

Vous dire que ce matin, j’ai lu votre lettre à l’heure où j’honore et je célèbre, comme à chaque lever de jour,à l’heure où j’honore et je célèbre le Féminin et la Vie… C’est aussi pour moi, À-Cueillir les changements et transformations qu’a opérée la Nuit, le Sommeil… C’est tous les jours Unique et différent.

Et je lis cette lettre justement au matin du lendemain du jour de l’Équinoxe, précisément, au matin qui suit la bascule de ce phénomène astronomique ritualisé depuis la Nuit des Temps humains et plus du tout de nos jours… Pourtant nous en portons physiologiquement la mémoire!

Alors je reçois votre lettre, je reçois votre féminin que vous me dites si joliment imprégné de masculin de par ce que vous avez pu mettre en oeuvre pour vivre… et au départ pour survivre en rassemblant toutes les resources de votre corps et de votre être. Cela me parvient et je prolonge ainsi, Ma-Dame alors que vous dormez, je prolonge cette émotion, en vous écrivant. C’est ce que j’ai en moi, c’est à offrir, oui, assurément et ma vie n’a de sens qu’à cela. 

Il semble que cela vous parvienne au travers de ces si jolis filtres et voiles de la méfiance, de la crainte, de la peur, de la confiance, de l’appréhension, de la discrétion, de la liberté, de la confidence, de l’intime, du subtil, des mots et des sourires. Ce sont des voiles à écarter, oui, juste à écarter et entres lesquels cheminer aussi, et se poser, en pauses d’Amour et de Paix… Et en évoquant ce fait de se poser, je repense à l’Afrique et à ces coussins entre des voiles et tentures traditionnels…

Votre Lettre me fait vraiment cet effet d’un Accueil d’une Boule-Sphère compacte de douceurs, Ce Bouquet chaud évoqué plus haut… Oui, un Bouquet parce que pour moi, ce que vous  « délivrez » là est un assemblage de cohérences intimes que j’ose à peine toucher, vous comprenez. C’est un cristal, c’est une douceur fragile. alors respect, oui, respect. Cette confiance est dans mon Coeur parce que comme vous le dites, vous le ressentez en intensité. Et c’est bien là en ce Coeur, que de tels Trésors ont leur place, dans le Coeur, et ma chaleur d’Homme fait certainement s’ouvrir des éléments de cette Coquille-Chrysalide à l’intérieur de laquelle se déploient déjà vos propres élans.

Je ne suis qu’un correspondant, Ma-Dame. un correspondant bienveillant qui a cette qualité de Gardien, qu’une femme  a un jour reconnu, pour lui avoir révélé son identité de Gardien du Féminin, sans doute à ce contact, justement, au contact de la Bienveillance enveloppante et chaude…

Vous dormez alors que je vous écris, vous dormez et vous êtes là dans mon Coeur à prendre ainsi vie, de mouvements naissants, de ce qui se passe en vous… Je vous écris cela, comme cela me vient, spontanément intuitivement, instinctivement, en mode un peu écriture automatique, et certainement en raison justement de votre sommeil et de vos pensées… Oui, je n’ose trop toucher aux éléments de votre Lettre en ce qu’elle est d’une Richesse qui lui confère une entité à la lire et la relire… Une Entité de Trésor.

Je répondrai donc aux éléments de vos questionnements à mon égard dans un mail séparé…

Vous dormez encore Ma-Dame, 

Alors vous dire que de l’Afrique et de ce que vous dites « d’arriver dans ma vie » alors que « vous arrivez dans ma vie » selon comment l’on se place.., nous arrivons, maintenant et ici!!!! Cela se produit de par les fils invisibles de nos Âmes qui voyagent de leurs vie de « Fils »… dans ce curieux mot qui vient, il y a les deux lectures au mot « Fils », Fils et Fil au Pluriel. Notamment dans la dimension maternelle du féminin de la Mère du Fils, et du Fils de la Mère… et cette histoire de cordon qui le relient par la chair en une agrégation de trame filaire, de fibres en réseaux: un Fil à conjuguer en Pluriels: Fils!…

Oui, l’Afrique…. De cette confiance sachez que vous venez de souligner ce qui un jour en moi est apparu, comme dans et par/pour un Songe…, celui de me révéler, de me découvrir « Eunuque », « Eunuque » en Gardien…, Cela s’est produit peu après avoir été adoubé en Gardien et de manière totalement consciente et éveillé…. La Réalité m’est apparue.  Je suis familier des Songes, des « visions ».

Vous le croirez ou nom, le lendemain de ce Songe j’ai trouvé sur le sol de la maison dévalisée de la maison de mes origines maternelles le livre de Montesquieu: « Les Lettres Persannes », devant mon pied en entrant dans la chambre sur le sol, au moment où fuyait une horde de rats…. seuls locataires de cette demeure à présent abandonnée.

Dans ce Songe, je suis en fait dédié à la levée d’entraves de Femmes, Femmes isolées qui ne sont en fait enchaînées que de rubans de Couleurs dans un Palais Minéral construit de parois rocheuses fraîches dans les Hautes Montagnes de l’Afrique, au Coeur du Désert Vierge, Incandescent et éblouissant.

Un Palais Lumineux, où je défais ces Rubans d’entraves un à un en Protecteur/libérateur/éveilleur en offrant ainsi une Liberté contenue et refrénée de ces attaches à ce point légères…

Pour ces Êtres, seul Mon Amour et mes doigts amoureux peuvent contribuer à délicatement délier ces liens presque illusoires tellement ils sont léger, et pourtant!

Alors en suivant, beaucoup de Femmes, pour la plupart, se délient seules pour vivre cette Fête de l’Amour, en ce Palais de Merveilles Naturelles constitué à l’Infini du Regard et des Corps qu’y s’y meuvent d’ombres fraîches, de bassins d’eaux pures et lumineuses délicieusement fleuris en Jardins d’Eden.

Jardins intérieurs dont je suis alors l’Unique Gardien Joyeux et sérieux.

C’est la toute première fois que je conte en résumé ce Songe…, un Songe dont la Mémoire à vos mots est réactivé.

Bon réveil, Ma-Dame, 

Je donne suite par ailleurs, dans un mail séparé.

Henri

A propos etoile31

Exister, Être, Vivre, Devenir, Prop-Oser, Réaliser, Enrichir, Aimer, Désirer, Échanger, Correspondre, Dialoguer, Choix, Libertés
Cet article, publié dans correspondance, Culture, Dance, Féminin Sacré, MeWe, Multiple, Non classé, Poésie, Rézos, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Lendemain d’Équinoxe, Elle!

  1. ibonoco dit :

    Beau texte Madame et belles photos

    Aimé par 1 personne

  2. Mél@nie dit :

    beau poème en prose ou prose poétique, comme d’hab’… j’aime bcp le Maroc cosmopolite et coloré, avec une faiblesse pour le désert et pour Essaouira-Mogador, ville atlantique tellement agréable, vous savez certainement que pendant les années 70 Essaouira était devenue « a hippie hangout » qui pourrait vous plaire… 🙂

    Aimé par 1 personne

    • etoile31 dit :

      J’ai vu le célèbre « More » et puis goûté avec les coopérants de l’époque aux savoureux produits en vogue à ce moment là…, Tout en lisant Janov et Leary… Merci pour le compliment, l’Afrique est en moi comme en chacun-e de nous, en Mémoires cellulaires actives,

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s