L’amour Sans Savoir Ce Que C’est – 2011

L’amour Sans Savoir Ce Que C’est – Jacques Higelin

Y’a eu un tremblement de terre,
Un champignon, la guerre,
Un éclair blanc,
Et je n’sais plus pourquoi,
Je me retrouve sur cette route,
Les cheveux balayés, par le vent,
A siffloter comme un enfant,
Qui vient d’ailleurs,
Qui va nulle part,
Et qui attend,à tout hasard,
N’importe qui, n’importe quoi
Dieu seul sait qui, le diable sait quoi,
Et ils ne l’diront pas..
Pourtant si rien n’arrive,
Et si personne ne vient,
Va bien falloir continuer son chemin sans l’aide de rien, ni de personne…

Oh baby, je ne suis qu’une de ces milliards de bouches,
Ouverte à en crever,
Une de ces milliards de bouches, baby,
Ouvertes à en crever sur le désespoir,
Et personne pourrait supporter ça,
Pas vrai poupée,
Surtout affalée comme tu l’es, devant un dernier whisky coca
En attendant sur ton sofa, que le vieux tigre qui sommeille,
Se mette à rugir au creux de ton oreille,
Des trucs comme ça…

Car baby, je ne suis qu’une de ces milliards de bouches,
Ouverte à en crever,
Une de ces milliards de bouches, baby
Ouverte à en crever, sur le désespoir, la peur du noir,

Qui peut te saisir, et t’anéantir,
Au coin d’un boulevard, désert, tard, trop tard,
Où tu sais même plus c’qui peut t’tomber sur le coin d’la gueule,
Un car de flics, un coup de rasoir, « Schlak »,
Et / Ou le clin d’oeil d’une pute, qui remonte son trottoir,
Et allez.. seul, ce soir?
Ouais, tout seul,
Et c’est pas parc’que tu vas m’refiler 5 minutes de ton cul,
Contre un verre d’alcool, un paquet d’dollars et quelques flippers,
Que ça m’f’ra oublier,

Que je n’suis qu’une de ces milliards de bouches,
Ouverte à en crever,
Une de ces milliards de bouches, baby,
Ouverte à en crever, sur le désespoir,
Le désespoir, la peur du noir…

Ce désespoir,
Qui peut te saisir et t’anéantir,
Un soir où le printemps fait claquer ses bourgeons,
Dans la chaleur d’un corps qui se tord et qui se fond le temps d’une illusion
On appelle ça la liberté, la liberté
Qui traque jusqu’au fond du ciel
L’oiseau rebelle aux ailes déchirées, la liberté, la liberté

La liberté, de choisir, l’étendard,
De tes futures désillusions,
Le temps de crever avec,
Et de te sentir vraiment tout con,
Devant, le regard innocent,
D’un enfant, qui se réveille…
Devant le regard, d’un enfant qui se réveille, Et qui dans un sourire, te fait, l’amour,

L’amour, sans même savoir, ce que c’est,
(bis) choeurs
(ter)

Higelin

Bonus:

A propos etoile31

Exister, Être, Vivre, Devenir, Prop-Oser, Réaliser, Enrichir, Aimer, Désirer, Échanger, Correspondre, Dialoguer, Choix, Libertés
Cet article, publié dans Culture, Dance, Féminin Sacré, MeWe, Multiple, Non classé, Poésie, Rézos, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :