La mort qui va avec, KJ

La mort qui va avec

Rien n’est moins sûr que l’instant suivant

Il n’y que des futurs morts parmi les vivants

Vu que demain n’est qu’une hypothèse

Tous nos projets devraient s’écrire entre parenthèse

Cette arrogance dans nos attitudes

Pourtant nous n’avons qu’une certitude

C’qui doit arriver n’est jamais lointain

La mort est notre destin le plus certain

On pleure en fou rire

Parce qu’on doit vivre en acceptant de mourir

On a tous un pied dans le trou

On vit avec une épée posée sur le cou

Personne ne sait quand elle va trancher

Nos vies posées une balance, personne ne sait quand elle va pencher

Mourir à petit feu, c’est vivre

Tous les jours vont à la mort et le dernier y arrive

On laisse partir nos instants

En vérité on ne rattrape jamais l’temps

Chaque seconde nous pousse vers le cimetière

Il y a quelque chose de mortuaire à chacun de tes anniversaires

Témoin du temps qu’on gaspille

L’horloge nous menace, nous pointe avec ses aiguilles

Inévitable est ce rendez-vous imprévu

Paradoxal, comme mourir sans avoir vécu

Chaque jour notre histoire s’écrit

On est pas seulement c’que l’on souhaite

On est surtout c’qu’on accomplit

Vivant on peut se mentir ou espérer

Mais une fois mort on aura été ce qu’on a été

On doit tous mourir, on le sait

Pour quitter ceux qu’on aime, on est jamais prêt

Si, lorsqu’elle emporte l’un des nôtres

On est surpris comme si la mort n’arrivait qu’aux autres

Et on a du mal à y croire

On ne conçoit pas de plus jamais les r’voir

On tient parce qu’on doit tenir

On doit leur survivre en s’accrochant à des souvenirs

Parfois la mort nous porte un coup

Si brutal qu’après elle la vie n’a plus le même goût

De l’insouciance à la tragédie

Ideal J s’est éteint avec le DJ Medhi

Il est trop tard pour les regrets

Les choses inavouées resteront à jamais des secrets

Pour prouver notre amour, on est souvent trop lent

On croit toujours que la mort prendra tout son temps

Alors on se croise sans se parler

Parfois même on se toise sans se regarder

On s’entend sans s’écouter

Pas étonnant qu’on se dispute sans discuter

Parce que la vie nous rassemble

On ne s’rend pas compte de la chance qu’on a d’être ensemble

Bippe moi, on s’verra plus tard

Jusqu’à cet adieu qu’on prenait pour un au revoir

J’pense à mes potes qui se sont fait buter

Et que même l’amour d’une mère ne pourra pas ressusciter

Universelle, la mort n’a rien de personnel

Finalement, on meurt tous d’une mort naturelle

A ceux qui s’apprêtent à la rencontrer

Qui comptent à rebours les jours d’une mort annoncée

Ne perdez pas la foi, restez fort

Chaque chemin de la vie mène au couloir de la mort

Au fond on est tous en sursis

On devra tous payer le prix de la vie

Ni carte bleue, ni chèque

Quand t’entends vie, y’a la mort qui va avec

 

©Kerry James, La mort qui va avec ®

 

A propos etoile31

Exister, Être, Vivre, Devenir, Prop-Oser, Réaliser, Enrichir, Aimer, Désirer, Échanger, Correspondre, Dialoguer, Choix, Libertés
Cet article, publié dans Culture, Dance, lutte, MeWe, Multiple, Non classé, Poésie, Rézos, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La mort qui va avec, KJ

  1. lebouquinivre dit :

    Merci pour ce partage!
    Les mots sont très justes ! Je vais aller écouter..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s