Mes Relations Ô Masculin, #4/4 et FIN

Mes Relations Ô Masculin

Collection « Ecrits Personnels »

En raison d’une disponibilité exceptionnelle et suite à une relation épistolaire et sentimentale particulière une amie m’a passé commande de récits personnels ayant trait aux hommes qui m’ont marqué dans la vie.

 

Hommes, Part Four

Ces incursions au Village sont allées de pair avec une période durant laquelle mes parents se sont davantage et très fortement impliqués dans la vie locale, vie sociale et associative, venant d’une part en aide à autrui, notamment aux familles, mais également, d’autre part à la vie associative en créant des activités festives nouvelles. Activités nouvelles s’il en est, et fort lucratives (bien qu’à but associatif non lucratif) financièrement pour l’association dont ils s’occupaient…

Ils ont en effet instauré dans ce village les premiers « Lotos » que l’on appelle aussi « Quines » ailleurs…, les premiers bals de week-end aussi, spécifiquement dédiés aux jeunes…, bals du Samedi soir et Dimanche soir. Lotos et bals organisés dans des cafés du village, notamment un café, où le parquet, la salle obscure, les coins et recoins sombres ont laissé des souvenirs à des centaines et des milliers de jeunes de la région et les fameux orchestres de bal…

Épiques bagarres, rencontres romantiques aventures, embrassades, effleurements, caresses, Parfums, baisers; un point idéal d’observation des années 60… J’arrivais alors aux épaules des plus jeunes, à la taille des plus grands, pas davantage, et je servais de petites mains, à la caisse, aux vestiaires, etc. Toute la famille était mobilisée, ces bals étaient connus régionalement pour leurs succès, leurs qualités de programmation, leurs ambiances folles…

Les salles étaient toujours bondées, des voitures garées partout dans les accès du village. Le soir tard, le moment de la clôture de la caisse était toujours un jeu, de compter tout cet argent, sur la grande table familiale, source importante de revenus pour l’association qui a rapidement pu financer la construction d’un local pour l’association.

Au cours d’un des lotos, l’une de mes sœurs a trouvé l’Amour de sa vie, 5 enfants en sont nés depuis, et je ne sais plus combien de petits-enfants-si 7, enfin, 8 !!!

Moi, j’étais parfois de trop dans ces ambiances de jeunes adultes, alors j’allais dans le village où des jeunes gens se promenaient, puis je retrouvais mes copains et nous allions au bord de l’eau, dans les bois, etc.

C’est ainsi que je me suis mis à fréquenter un jeune voyou (un autre !!) qui suscitait la méfiance de tous ; ne serait-ce que par sa tenue vestimentaire de loubard-rocker solitaire: jean serré (alors que la mode était aux pattes d’éléphant), chemises près du corps avec fine cravate de cuir, blouson noir près du corps, fines bottines de cuir noir à talons type « Santiags », petit foulard de soie serré autour du cou, bagues, médailles et chaines autour du cou et toujours prêt à se battre, cran d’arrêt en poche, mais se battant rarement.

Sa particularité était sa passion pour l’automobile, il était toujours dans un modèle SIMCA 1000 dite « Rallye 2 », dont il a eu à peu près tous les modèles. SIMCA 1000 équipées pour la compétition : arceaux de sécurité, jantes larges, etc.

La frayeur des mémés du village était terrible quand elles entendaient d’abord les crissements aigus des pneus dans les courbes à l’approche du village avant d’entendre dans un deuxième temps le fracas du moteur rugissant au bout de la rue…Mon ami garait alors violemment son véhicule, et toujours impeccablement, au frein à main et j’étais son chouchou parmi les enfants du village dès qu’il descendait du bolide apaisé…

J’étais aussi un des seuls aussi, qui montait alors dans le véhicule pour partir faire des virées de cent kilomètres ou plus dans la journée, ma mère s’inquiétant alors de me voir rentrer si tard, jusqu’au jour où elle a appris d’une « mémé » du village comment je passais mes journées. Le vase a débordé et les tournées des chemins de campagne dans la région ont alors pris progressivement fin… Mais que de souvenirs de cette région aux routes sinueuses enneigées, verglacées ou printanières à la découverte du monde contemporain, musique à fond dans l’habitacle.

Racontant récemment ces aventures à mon coiffeur, il a immédiatement reconnu le personnage et m’a raconté son histoire… Ce jeune d’alors était fils unique d’une veuve fortunée, fortune dilapidée dans les achats de voiture de course jusqu’à il y a peu !!! Il n’a paraît-il toujours pas changé. Je ne l’ai jamais revu.

FIN

Cet ouvrage en quatre parties est donc terminé comme l’indique le titre même de ce chapitre, dernier des quatre!

Nous terminons donc chez le coiffeur, en voiture et avec un garçon!

Bonne lecture, on se retrouvera ailleurs,

Henri

A propos etoile31

Exister, Être, Vivre, Devenir, Prop-Oser, Réaliser, Enrichir, Aimer, Désirer, Échanger, Correspondre, Dialoguer, Choix, Libertés
Cet article, publié dans correspondance, Culture, Dance, Féminin Sacré, Humeur, lutte, MeWe, Multiple, Non classé, Poésie, Rézos, Trio, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s