Le Voile d’Aphrodite,

La Science et le secret du plaisir sexuel

En étudiant le câblage nerveux sexuel des rats, un chercheur vient de découvrir pourquoi, dans les sociétés où l’on masse le bébé entièrement, sans éviter les zones génitales, et où l’on laisse les enfants libres d’explorer leur corps lorsqu’ils grandissent, il y a moins de problèmes d’impuissance ou d’anorgasmie.

Mirka-lugo

Le nerf pudendal, qui commande l’orgasme, ne consiste pas en un simple câble reliant la colonne vertébrale aux organes génitaux. Il déploie en réticule comme un bas résille qui aurait été tissé par une araignée minuscule… On l’appelle le «voile d’Aphrodite» et il reste à ce point invisible au regard que les chirurgiens en déchirent forcément une partie lorsqu’il passent le bistouri dans la région pelvienne. Voilà peut-être en partie pourquoi certains hommes souffrent d’impuissance après l’ablation de leur prostate: il est presque impossible d’accéder à cet organe, situé tout au fond d’un entonnoir osseux, sans abîmer au passage ce système nerveux si complexe dont les mystères commencent seulement maintenant à être révélés…

Après plusieurs années d’enquête, passées à rencontrer des neurobiologistes, des sexologues, des psychologues, des gynécologues, des chirurgiens spécialisés dans les traumas medullaires, des savants passionnés de femme fontaine et des experts en sexualité tout terrain, Elisa Brune publie enfin dans La révolution du plaisir un concentré des dernières découvertes en matière de plaisir… Ouvrage phénoménal qui ouvre de nouvelles perspectives sur, entre autres, la façon dont nous devrions rééduquer notre corps et notre esprit pour être enfin capable d’en jouir. Parmi les révélations les plus étonnantes de ce livre, il y a celle qu’Elisa Brune nomme «le voile d’Aphrodite», ce réseau de nerfs à la finesse arachnéenne qui «emballe toute la cavité abdominale avant de se rassembler pour aboutir au gland ou au clitoris. Il  est tellement fin qu’il est impossible de le voir à l’oeil nu ou même à la loupe. Il faut y aller au microscope. Autant dire qu’on est encore très loin de pouvoir tenir compte de cette structure lors des interventions chirurgicales».

Mirka-lugozi-3

C’est en allant interviewer Jacques Bernabé, docteur en biochimie, co-fondateur du laboratoire PelviPharm spécialisé dans la recherche sur le plaisir et l’incontinence, qu’Elisa Brune a appris l’existence de ce mystérieux voile d’Aphrodite et la non-moins troublante découverte que voici: ce câblage extrafin ne devient opérant que si, dès le plus jeune âge, les êtres qui en sont pourvus se touchent ou se font toucher les organes génitaux. Il y a des nerfs qui restent endormis si on ne les stimule pas. Chez les rats du moins, c’est ainsi que cela fonctionne (et il fort probable que leur réseau nerveux soit très proche du nôtre). Elisa Brune raconte ainsi la genèse de cette découverte si fondamentale pour nous. «Si l’on retire les bulbes olfactifs dans le cerveau de la ratte, elle devient insensible aux odeurs et perd le comportement de nettoyage des petits (une femelle normale nettoie les organes génitaux de ses petits avant et après la miction). Les mâles qui sont issus de ces mères là deviennent impuissants et ont  un comportement sexuel déficient. Quand on les autopsie, on constate que le nombre de neurones qui contrôlent la zone génitale est fortement réduit. Ils n’ont pas été clblés correctement parce qu’ils n’ont pas été stimulés au bon moment».

Mirkalugozi-1

Jacques Bernabé ajoute: «Le parallèle est audacieux, mais il mérite d’être pensé: il existe des sociétés où il n’y a pas de tabous sur les organes génitaux des enfants, où on les masse entièrement, où on les laisse se toucher et s’explorer librement, parfois même on les masturbe. Chez nous, cette forme d’empreinte sensorielle par les adultes est impensable, et on observe une asymétrie importante entre les garçons, qui ont découvert et manipulé leurs organes génitaux librement, et les filles qui n’ont pas pu se masturber. De là, on peut avancer l’hypothèse que certaines femmes ne sont pas câblées comme elles pourraient l’être. Je postulerais même que c’est vrai à la fois sur le plan physique et sur le plan psychique. Les femmes ne sont absolument pas éduquées pour pouvoir expérimenter leur capacité orgasmique, et donc celle-ci reste inhibée».

(MISE À JOUR : 21 JANVIER 2015)
La révolution du plaisir féminin : Sexualité et orgasme, d’Elisa Brune, éd. Odile Jacob.
Illutration : Mïrka Lugosi, aux dessins si délicats, nuancés, subtils et vénéneux, qu’ils troublent non seulement la psyche mais l’ordre.
Photo sur liberation.fr: cc BY cheesechoker sur Flickr

A propos etoile31

Exister, Être, Vivre, Devenir, Prop-Oser, Réaliser, Enrichir, Aimer, Désirer, Échanger, Correspondre, Dialoguer, Choix, Libertés
Cet article, publié dans Culture, Dance, Féminin Sacré, lutte, MeWe, Multiple, Poésie, Rézos, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Le Voile d’Aphrodite,

  1. Filimages dit :

    Il me semble que tu as déjà publié cet article, non ?

    Aimé par 1 personne

  2. gemssa dit :

    En voilà une belle « leçon de chose » ou plutôt sexuelle.
    Je suis sûr que si les savants se penchent là dessus,
    avec toutes les avancées médicales,
    qu’ils pourront reconstruire, voire stimuler cette connexion-dentelle.
    Mais, c’est vrai que si certains et certaines ne connaissent pas l’existence
    et donc la stimulation de ce voile d’Aphrodite, ils passent à côté de belles choses.
    Pour les femmes, ce voile ne doit pas être loin du point G, non ?
    Et pour les hommes dans la région du périnée, de façon globale, puisque c’est sûrement plus interne.

    Aimé par 1 personne

    • gemssa dit :

      Heu…, c’est encore moi, juste pour dire que les statuettes pour illustrer ton sujet, sont tout simplement magnifiques.

      Aimé par 1 personne

      • etoile31 dit :

        Excellente remarque. Les oeuvres de cette artiste m’ont beaucoup touché. J’avais à cette époque là était touché par le travai ld’un chercheur en histoire qui s’amusait avec un logiciel à vêtir des statues emblématiques de la Grèce et de la Rome Antiques. Il les habillait de manière contemporaine, c’était très beau et drôle! Et c’est là que j’avais découvert le travail de Marie-Paule Deville-Chabrolle, l’artiste qui a réalisé ce travail: https://www.galaxiedesarts.fr/sculptures/marie-paule-deville-chabrolle/ apparemment son site internet est en panne…. En voyant ce travail, je pense aux échanges sur ton blog à propos de sculpture d’arile et de matière, Ici ce travail féminin est très touchant chez cette artiste…

        J’aime

    • etoile31 dit :

      Tu sais, le point G, c’est avant tout un fantasme masculin qui n’a aucune existante physique effective. Plus concrètement, et le Travail d’Elisa Brune journaliste scientifique (et artiste) le démontre dans ses ouvrages, le Clitoris est tout simplement chez la Femme cet organe bien particulier dont les ramifications nerveuses mesurent plusieurs mètres de long, ce qui offre toute possibilité imaginaires!!! Récemment des chercheurs se sont intéressés au « Fascia », qui ont tendance à mettre en évidence et pour la première fois cette « idée » de « Voile d’Aphrodite » sans en parler pour autant. Mais voilà, la recherche sur les fameux fascias a pour objet l’étude de la douleur. En effet toute étude sur le plaisir et l’orgasme sont interdites par les assurances et les financements publics des gouvernements démocratiques !!! On n’est donc pas près d’en savoir davantage sur la réalité du fantasme, Ha Ha Ha! Et les savants ne travaillent que sur financements privés et publics des états et des firmes…. Donc il vaut mieux chercher par soi-même et dans l’intimité, on découvre bien plus vite et c’est d’ailleurs ainsi que j’ai découvert qu’un des femmes rencontrées dans ma vie, jouissait de caresses à l’intérieur de ses chevilles et selon un processus préliminaire bien particulier associant plusieurs stimulations successives et concomittantes…
      L’homme jusqu’à preuve (scientifique-sic) n’est pas doté d’un clitoris mais de fascias, oui, dont, sans parler d’un clitoris, il y a « un peu » (très peu)de cela.
      À propos des Fascias: https://fr.wikipedia.org/wiki/Fascia

      Aimé par 1 personne

      • gemssa dit :

        Le point G comme Gemssa, Gil, Gem, c’est bon le « G » (Il pourrait aussi s’appeler le point « H », manque de pot pour toi, c’est un certain , Gräfenberg et non Hräfenberg) je crois que si une femme passe par là, pour faire un témoignage, sur son existence, ça serait top.
        Je ne suis pas scientifique, mais, en suivant leur théorie, je m’y suis penché, par curiosité, échanges et excitation avec ma partenaire, qui prenait avec légèreté cette découverte.
        Voilà pas , qu’avec délicatesse, je m’y suis donc, attaché à cette curiosité…et mes doigts ont bien découvert à l’intérieur du vagin, cette dureté et rugosité qui enfle sans cesse, au massage.
        Le comportement de ma partenaire aussi, se modifiait, puissance mille, au fur et à mesure, par des gémissements, voire des cris , des essoufflements montants, avant d’exploser d’une jouissance extrême.
        Mes Dames dites nous.

        J’aime

        • etoile31 dit :

          Les Dames ne fréquentent pas ces pages ici ou alors bien discrètement, oublie donc cette idée familière pratique de ton blog…
          Oui, tu as découvert l’intime féminin et les délicieux coussinets, ainsi que les Mille reliefs de Chairs de velours, soies et autres dentelles… une Merveille autant que Curiosité Naturelle, effectivement🌿♥️🌿🤗♥️🌿…
          Ce monsieur, encore un mec!!!!! Aurait découvert ce que les Femmes connaissent si bien depuis l’origine humaine, mais c’est Formidable! Un homme qui découvre le clitoris et qui invente quelque-chose de corporel et de sublime chez la Femme… et c’était en quelle année….?
          Non parce-que même les enfants connaissent cela….
          Pauvre Monde!!!!
          🌿🥶🌿🙃🌿🤪🌿🥶🌿😭🌿😭🌿😭🌿😭🌿😭🌿

          Aimé par 1 personne

          • gemssa dit :

            Quel dommage que les femmes ne viennent pas témoigner, sur nos blogs respectifs.
            Toi, tu en as quelques unes, quand même, de temps en temps.
            Moi aussi avec Marianne et Elisabeth, que je remercie.
            Les autres blogs, d’ailleurs, sans retour, je les ai abandonnés.
            J’avais fait un texte, il y a longtemps, sur un autre site intitulé,
            « Les yeux du silence ». Elles (et ils) regardent, ont leurs opinions,
            mais ne les transmettent pas. Bizarre, non ? ,
            Alors, je me suis dit, depuis peu, car bien naïf que je suis,
            que sans échanges, je ne voyage plus sur que des blogs vivants et sincères.
            Et vive les points qui nous font jouir, peu importe où ils se situent.

            Aimé par 1 personne

            • etoile31 dit :

              Tu es un gars formidable et c’est un plaisir que celui d’échanger et de vivre nos différences et cet Amour pour la Vie et ce qu’elle contient, en exprimant nos ressentis et en voyageant par la transcription et la transposition de nos vécus en posant les mots. Il est vrai que rares sont les personnes qui vivent réellement et encore plus rares sont celles qui s’expriment….

              Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s