Les Lignées – Origines – ça ou autre chose ={;-)

Les moutons noirs d’une famille sont en fait des libérateurs de leur arbre généalogique.

Les membres de la famille qui ne s’adaptent pas aux règles ou aux traditions familiales, ceux qui cherchent constamment à révolutionner les croyances.

Ceux qui choisissent des routes contraires aux chemins tout tracés des lignées familiales, ceux qui sont critiqués, jugés et même rejetés.

Ceux-là sont appelés à libérer la famille des schémas répétitifs qui frustrent des générations entières.

Ces soi-disant « moutons noirs », ceux qui ne s’adaptent pas, ceux qui hurlent à la rébellion, en réalité, réparent, détoxifient et créent de nouvelles branches florissantes dans leur arbre généalogique…

D’innombrables désirs non réalisés, de rêves inachevés ou de talents frustrés de nos ancêtres se manifestent à travers cette révolte.

Par inertie, l’arbre généalogique fera tout pour maintenir le cours castrant et toxique de son tronc, ce qui rendra la tâche du révolté difficile et conflictuelle…

Arrêtez de douter et prenez soin de votre ‘’rareté’’ comme étant la fleur la plus précieuse de votre arbre.

Vous êtes le rêve de tous vos ancêtres.

~ Bert Hellinger ~

Merci à Filimages pour l’utilisation faites de certains de ses clichés détournés ensuite par mes soins
Publié dans Culture, Dance, Féminin Sacré, lutte, MeWe, Multiple, Non classé, Poésie, Rézos | Tagué , , , , , , , , , ,

Le Poème d’Elle – Reine-Soeur-Fleur

Tu penses l’avoir vue toute nue car elle a enlevé ses vêtements ?

Parle-moi de ses rêves.
Parle-moi de ce qui a brisé son cœur.
De quoi elle est passionnée ?
Qu’est-ce qui la fait pleurer ?
Raconte-moi son enfance.
Ou bien, raconte-moi une histoire à propose d’elle que tu n’es pas dedans.

Tu as vu sa peau, et t’as touché son corps. Par contre tu la connais autant q’un livre que tu as trouvé, mais tu n’as jamais fini par l’ouvrir.

Une vraie relation c’est plus que du physique. Une vrai relation c’est savoir connaitre tous les petits détails de l’autre et de juste l’aimer et l’adorer encore plus pour ça.

~Poète public~

Publié dans Culture, Dance, Féminin Sacré, MeWe, Multiple, Non classé, Poésie, Rézos | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | 13 commentaires

La demande faite à Ma-Dame – Les Seins, la Poitrine #8 (À suivre!)

Cher Mon-Sieur,

Je viens reprendre en ce petit matin le fil de cette évocation de la poitrine féminine,

Ta remarque à propos des préliminaires me concernant, m’a fait réfléchir j’en ai parlé à Ma-Dame qui m’a effectivement fait le même genre de remarque. Elle confirme, et constate qu’il est très fréquent que j’aille du souvent de mon visage et de ma bouche directement à son ventre, à sa Source

Alors pour nuancer, il est vrai que je n’agis jamais ainsi lorsque nous n’avons pas déjà eu quelques phases préalables d’intimité et de préliminaires (baisers, étreintes, nudités, etc.)

Il est vrai que dans les cas que je décris là, dans ces épisodes en particulier, le fait est que chaque fois, pour chaque situation, nous sommes au lit et dans le lit depuis un moment et que les préliminaires se sont déroulés dans une autre pièce et à d’autres moments.

Et puis il est systématique comme je te l’ai déjà décrit que j’agisse ainsi avec Ma-Dame chaque matin et chaque jour lorsque nous sommes ensemble, que chaque matin, au moment précis du réveil de Ma-Dame (même très très tôt les jours où elle travaille) je glisse systématiquement entre les draps pour honorer et célébrer notre union par le fait de porter mon visage dans cette région de son corps à son sacrum et à son Sillon en m’y attardant de longues attentions linguales,

Région corporelle intime que j’honore et que je célèbre longuement et très lentement chaque matin de ma bouche et de ma langue de mon visage et de mes mains. Je prolonge systématiquement ces longues et interminables caresses de mes mains et de mon visage, le long de chacune de ses jambes depuis son Sillon jusqu’à chacun de ses pieds et de la pointe de chaque orteil pour monter et revenir plus interminablement et plus longuement encore à ce centre sacré de son corps, de son sacrum, en élargissant bien sûr ces caresses de ma bouche et de mon visage, de ma langue à toute cette zone du centre de son corps pour notamment venir lécher et boire, boire encore, dès le matin, dès le réveil. C’est ainsi un rituel de célébration du féminin et d’honneur fait à la vie tout entière qui nous voit unis et réunis charnellement par ces caresses d’éveils de Ma-Dame,

Et cela se fait également sans préliminaire et sans préalable, je viens ici chaque matin dans la chaleur les parfums et les saveurs de Ma-Dame, sans préambule ni préalable (bis)

C’était un aparté à propos de ta remarque bien noté et qui m’intéresse,

Mais reprenons, je poursuis :

Effleurant et parcourant sa poitrine et chacun de ses seins, ma main libre voyage sur l’ensemble de buste, je parcours tout particulièrement les deux rondeurs de chacun de ses seins avec des attentions très appuyées sur les pointes de ses seins, sur ses mamelons et sur ses tétons érigés.

Ma main et mes doigts sont à cet endroit, animés d’une vie qui semble leur être propre. Comme si à chaque fois que cette caresse se produit,mon être et mon corps sont animés d’un chant intérieur et de réactions entièrement autonomes,

Cela donne par exemple à danser et à onduler à mon bassin, mon sexe se gorge, durcit, mon visage s’empourpre. Ma bouche à ce moment là plaquée à son ventre est animée de réactions elles aussi bien particulières. Tout comme ma langue qui vient alors dessiner de nouvelles arabesque au milieu des pétales de sa Fleur-Vulve.

Ses seins dans leurs entièretés chantent alors dans l’épanouissement et la Joie de recevoir ces attentions. Ils se gorgent, ils se gonflent, ils se tendent, ils durcissent, ils grossissent…

Leurs pointes me semblent alors plus que jamais sensible et « fragiles », je ne saurais comment décrire ce phénomène ni comment l’exprimer tellement il est ressenti en moi profondément.

Cela semble donner tout son sens à l’existence même de mes mains, de mes doigts Cela donne concrètement tout son sens à cette main et à ces doigts voués au toucher, à la sensation, à la création à l’appréhension-préhension du monde de qui nous environne, nous, êtres humains.

Oui c’est le plus beau des cadeaux que de ressentir cela, de l’observer, de le voir, de le regarder. C’est une forme de danse entre chaque sein de Ma-Dame et ma main qui la parcourt avec une délicatesse qui confine concrètement au septième ciel en terme d’effets et de réactions,

Mes doigts se font d’une délicatesse extrême , également la paume de ma main tout comme la fine peau de l’intérieur de mon poignet, la pulpe de chacun de mes doigts.

Comme je crois l’avoir précédemment indiqué, depuis que je connais Ma-Dame, mes mains et mes doigts, mais aussi mes pieds sont soigneusement gommés et entretenus de manière permanente. Il m’est même arrivé de sentir que j’étais allé bien trop loin dans ces actions de gommage, à tel point qu’il m’arrive régulièrement de sentir l’air ou bien l’eau sur mes doigts et mes mains avec des impressions de brûlures, c’est dire la sensibilité extrême lorsque mes mains et mes doigts sont en contact avec la peau, la chair, la pilosité de Ma-Dame…

je suis toujours très impressionné et très ému lorsque mes doigts où la paume de ma main lorsque je ne fais que même effleurer les pointes de sein. Ces attentions  font frissonner et se pencher ses tétons érigés et tendus. Ils se couchent et se penchent alors d’un côté ou de l’autre comme le font des roseaux dans les Brises de vent …

J’y suis très sensible car cette fragilité accentue la finesse de la sensation dont je peux en ressentir et recevoir les  effets dans ma bouche plaquée à son ventre et de mon visage placé entre ses cuisses. Tout son corps réagit ainsi à la moindre des caresses, au plus fin déplacement de mes doigts ou de ma main. Je porte dans de tels moments beaucoup d’attentions à chacune des réactions de chaque téton, et j’adore à ce moment là ouvrir les yeux….

Souvent notre regard se croise,

J’en reçois ainsi souvent en réactions des jets de sécrétions de son sexe dans ma gorge et ma bouche et des contractions dans ma main et mon bras gauches toujours placés sous elle, ma main largement ouverte au niveau de son chakra du cœur recueillant ainsi la moindre des réactions du corps de Ma-Dame,

À Suivre!)

Voilà, je parlerais encore des heures et des heures des seins de Ma-Dame, de son Ventre et de son être d’Amour, de la poitrine de Ma-Dame de ce qui est ainsi généré par des regards et des caresses sur une poitrine de femme, 

Cela semblerait être encore un aparté qu’une telle description, mais j’y reviendrai encore et encore,

Je pense à toi à vous deux et à ce périple donc tu m’as parlé de quelques jours, je vous souhaite que tout aille bien et je te dis à bientôt, 

À te lire, 

Avec toute mon amitié

Henri

Publié dans correspondance, Féminin Sacré, MeWe, Multiple, Non classé, Poésie, Rézos, Trio | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

La demande faite à Ma-Dame – Les Seins, la Poitrine #7 (À suivre!)

Bonjour Mon-Sieur,

Je suis bien rentré dans la nuit de mon séjour océanique qui est et a été des plus profitable. Je t’écris donc depuis mon lit après une bien courte nuit. 

Je te retrouve dans ce petit matin à l’aube, et en constatant combien depuis mon départ il y a une dizaine de jours les jours rallongent, et les nuits raccourcissent,

C’est la période de l’année au cours de laquelle les jours rallongent le plus vite, je serai bientôt réveillé encore plus tôt par les rayons du soleil. 

Je suis passé hier soir sur ton nouveau blog déposer quelques messages et donner suite à tes commentaires, j’ai ensuite joui après m’être caressé, de plein de pensées pour toutes ces relations intimes que nous avons, que nous partageons, ensemble depuis quelques mois et respectivement chacun de notre coté. Depuis toujours comme nous aimons tous les deux et chacun de nous, le rapporter, le transcrire, et le transposer de manière originale, différente dans des écrits qui prolongent souvent et qui précèdent tout aussi souvent nos actes de caresses de nos sexes durs et érigés jusqu’à l’orgasme.

Ma-Dame est bien arrivée à destination, et depuis le matin déjà dans son intimité féminine et avant leur départ une fois les enfants réunis, elle m’a abreuvé de photos depuis le matin et de beaux messages concernant la réunion familiale de la fin de journée  autour d’un très bon repas, autour de jeux de société en famille, messages et photos très détaillés jusqu’au moment du coucher dans la chambre où Ma-Dame  à rejoint la plus jeune ses enfants qui dormait déjà, son adorable petite fille auprès de qui elle s’apprêtait à dormir.

Ces photos de son intime, tant de ses matins que de ses jours ou bien de ses nuits, tu vas commencer en recevoir dès lors que tu l’auras inspirée pour la conduire d’elle-même à te transmettre ces moments de sa vie de femme, depuis le réveil jusqu’au plus profond de la nuit… Il me semble me souvenir que tu as déjà reçu de tels Trésors visuels ou bien audiovisuels, tel que ceux si je me souviens bien elle m’avait déjà demandé de te transmettre et de t’envoyer, à différentes reprises…

Tu me diras, tu sauras me dire et nous pourrons ainsi enrichir cette relation qui commence à peine, au milieu de ta foisonnante activité d’homme au cœur de de cette foisonnante présence féminine d’amies avec qui tu as gardé contact et que tu retrouves avec tant de plaisir compréhensible…

J’ai donc passé ma première nuit après avoir installé cette nuit très tard, installé sur mon oreiller habituel, le bouquet des culottes et des dentelles offertes par Madame lors de mon dernier départ de sa Villa de Vénus. Des culottes que Ma-Dame avait choisi de porter pour moi et souvent à la demande.  Des actes réalisés certains jours tout particulièrement emplis d’émotions intimes, riches de ses émotions, de ces vécus, de ses menstrues et qui s’imprègnent ainsi de tous ses ressentis féminins qui la font intimement sécréter et couler davantage qu’à l’ordinaire… Tous ces bouquets, que je nomme le « Nid », sont toujours composés et chaque fois que nous nous retrouvons, de culottes et dessous qui ont été portés de jour comme de nuit pendant ses cycles menstruels entre autres.

Arrivé à ce stade de la lettre cher ami je jouis presque de la masturbation vécue avec toi en simultané à la lettre que je rédige. Je gémis et j’ondule, mon sexe est énorme et dur de ce moment passé sur le fil d’un orgasme en ta compagnie, 

Mais revenons plutôt à Ma-Dame, à sa poitrine et à ces seins, où j’en étais resté hier.

Et donc au fil de mes voyages sur son buste de ma main qui parcourent lentement et longuement toute la surface de ce mystérieux voile d’Aphrodite dont le centre névralgique (et très concrètement neurologique)sont l’utérus et le clitoris. Ainsi sollicités, ses seins interagissent fortement dans le fruit du plaisir vécu et ressenti et qui s’offre en spectacle tant à mes regards, que de par tout que je reçois alors de chaque partie du corps de Ma-Dame,

Au fil de ces caresses, j’en mesure directement les effets de par ce que je reçois en sécrétions de cyprine et qui s’écoulent dans ma gorge, dans ma bouche et sur toute la surface de mon visage, cyprine et autres sécrétions qui s’écoulent sur mon menton, dans mon cou et dont j’enduis toujours mes épaules, mon visage, mes cheveux et mon torse,  

Ces jus sont si abondants que j’aime m’en couvrir la peau pour toujours les conserver sur moi le plus longtemps possible et les faire sur moi les plus actifs possible, de leur parfums,  de leur odeurs, et bien sûr de leurs saveurs, chacun de ces effets qui se font sentir ensuite et en prolongements toute une journée, voire davantage.

En effet je perçois directement l’effet du parcours de ma main sur la nature, la qualité et l’abondance des sécrétions de cyprine et de toutes ces autres mystérieuse émissions produites par le corps le femme de Ma-Dame…

Je parlerai plus loin des sécrétions du corps de Ma-Dame, de sécrétions plus intimes encore de sa poitrine justement et de ses seins, un fait une réalité sont elle ne t’a peut-être pas encore entretenue, qu’elle ne t’a pas encore rapporté ou relaté…

Mais chaque passage de ma main et de mes doigts qui vont et viennent en s’attardant longuement et lentement sur sa poitrine, chaque passage fait naître des réactions qui nourrissent et alimentent davantage encore la diversité de mes caresses et qui m’inspirent toujours à inventer des actes nouveaux et différents…

Comme par exemple et directement reliés justement aux caresses de sa poitrine et de ses seins,  des actes en relation avec mon voyage de mon visage de ma bouche de ma langue, de mes mains et de mes doigts en prolongement de ses rondeurs féminines que tu aimes tant chez les femmes… Des actes que je vais continuer à décrire pour le cas particulier de Ma-Dame dans des messages à suivre,

(À suivre)

Bien à toi, bon dimanche,

Ici, c’est déjà grand Soleil et 20 degrés prévus aujourd’hui !!!

Henri

Publié dans correspondance, Dance, Féminin Sacré, MeWe, Multiple, Non classé, Poésie, Rézos, Trio | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La demande faite à Ma-Dame – Les Seins, la Poitrine #6 (À suivre!)

Cher Mon-Sieur,

Voilà un nouveau jour, voilà un nouveau matin où je viens te retrouver pour te dire et chanter encore l’aube du jour nouveau qui est là , 

Hier j’ai découvert ton nouveau blog, cela m’a touché, j’ai découvert des compréhensions et des parfums de ce que tu m’as si souvent relaté à propos d’une forme d’expressions au sein de l’univers féminin en partages épistolaires site des forums et sites internet et dont la mémoire est toujours en toi très active… La preuve en est de ce que j’ai pu découvrir de par ces échanges tels qu’ils ont commencé sur ce blog que tu viens de créer et auquel je me suis abonné, si tu acceptes bien évidemment l’idée de ma présence pour des interactions possibles avec les personnes qui sont présentes sur ce blog, 

Avant de reprendre le fil de l’histoire des seins de Ma-Dame, je fais une petite rectification concernant la position de mes mains et de mes bras sur et sous le corps de Ma-Dame. J’ai corrigé le texte ci-dessous à l’instant. En effet il s’agit bien de mon bras gauche qui est sous son corps et qui la maintient ainsi cambrée en extension par-dessous, ma main largement ouverte, au niveau de son dos et de sa colonne vertébrale, comme s’il s’agissait d’un plateau pour une offrande.  Ce maintien accentue ainsi sa position d’extreme ouverture,  pointe de seins et poitrine projetées… Ma main au niveau de sa région lombaire et dorsale toujours en tension, maintient cette tension de cambrure sur le lit. Le haut du corps de Ma-Dame posé sur et dans un univers d’oreillers et de coussins soigneusement positionnés  par ses soins…

Tout en t’écrivant, cher ami et dans un plaisir, une émotion  fraternelle, je me caresse, je me masturbe très activement sur le fil d’un orgasme avec cette émotion effervescente dans ce plaisir sexuel et masculin que tu connais aussi, je suppose en partageant avec tes amies et à présent avec Ma-Dame en la lisant et en lui écrivant,

Aujourd’hui Ma-Dame prend la route pour aller vers son pays avec sa famille, tu pourras peut-être ainsi en ressentir la présence en différences, 

Son Féminin est actuellement exalté, et elle se masturbe beaucoup et elle jouit beaucoup, je formule le vœu autant que je te souhaite de trouver ta place, dans ses caresses dans cette intimité et dans ses jouissances… Elle ne demande que cela…

Tu connais les femmes et tu sais bien que si elle vient d’accepter et d’engager cette relation épistolaire avec toi c’est bien pour nourrir ses pensées, ses désirs, sa spiritualité, ses émotions, et sont intime le plus profond, ce que Ma-Dame appelle son Féminin Sacré. Ces Dimensions profondes qui  comp-osent sa sexualité et de son plaisir autant que de son désir à partager avec des hommes et avec un homme comme toi. Ma-Dame vit ces moments particulièrement personnels et intimes notamment les après-midi ou bien au cœur de certaines nuits, lorsque le désir la bouleverse et que sa main et ses objets viennent à son ventre. Bien en amont pour commencer ses caresses, sa main vient à sa poitrine et à ses seins, qu’elle  aime tellement caresser et parcourir longuement en préliminaires et préambules pour voyager vers ses jouissances et ses orgasmes…

Mais continuons:

La chair et la peau de Ma-Dame est particulièrement souple moelleuse, soyeuse et veloutée, 

Ma main droite se déplace alors continûment et sans cesse depuis son sexe jusqu’au sommet de son corps, parfois son visage même, pour caresser ses lèvres, de sa « bouche du haut » comme elle aime à dire. Je glisse un ou plusieurs doigts entre ses lèvres. Un voyage en escales sensuelles pour parcourir en redescendant, parcourir longuement de l’un à l’autre ses deux seins gonflés et continuer vers le bas du corps soit par le côté soit sur le plat de son ventre et pour aller très souvent sur la hanche ou bien vers le mont de Vénusou se trouve la délicieuse toison qui pare le pubis de Ma-Dame,

Son Pubis  est orné d’un véritable jardin et notamment d’un charmant buisson plus ou moins entretenu, selon les jours et les différentes saisons de la vie de femme qu’est la vie de Ma-Dame, C’est toujours un cadeau intime différent…

Mais effectivement je sens toujours que des principaux endroits sensibles c’est cet endroit au-dessus du Mont de Vénus et les pointes de ses seins ainsi que toutes leurs rondeurs gonflées et enflées de l’intérieur qui procurent le plus de réactions intimes et profondes, 

Et bien évidemment ses seins qui, elle le dit souvent sont presque douloureux de désir, si sensibles  pour l’homme qui est là avec elle, pour elle et à qui elle demande toujours de venir soit des mains, soit de la bouche pour apaiser ce qui se passe dans ses seins et dans sa poitrine. Apaiser et aussi nourrir, pour amplifier l’embrasement en tous points de son être…

Effectivement, alors que je la bois, alors que ma bouche aspire, alors que je la lèche ainsi positionné, ma main est toujours surprise lorsqu’elle retrouve un à un, ses seins, sa poitrine et une à une ses pointe de seins érigées, tendues, que j’effleure à chaque passage en prenant parfois le temps, selon la nature et la qualité des réactions que je reçois de la bouche ou bien de la main placée sous elle, ou bien aussi selon ses mots, selon ses souffles, selon ses gémissements, selon ses »injonctions » qui s’adressent alors soit à ma bouche, soit à ma langue, soit à mes doigts, soit à ma main…

Je dois préciser que depuis que je connais Ma-Dame, plusieurs années donc, il n’y a pas une semaine, où je ne prends pas soin de mes mains et de mes doigts de par des Gommages, des soins appropriés pour obtenir une plus grande douceur, une plus fine sensibilité… 

Et cette préparation est destinée pour une bonne part au sujet qui nous intéresse, les Seins de Ma-Dame, sa poitrine de Femme et son action sur le désir, sur le plaisir et sur ton désir aussi, tout autant que ce lien à te conter ainsi, à exprimer et transcrire ainsi, tant par amitié que par amour,

(À suivre !)

Bien à toi,

Henri

Publié dans correspondance, Dance, Féminin Sacré, MeWe, Multiple, Non classé, Poésie, Rézos, Trio | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

La demande faite à Ma-Dame – Les Seins, la Poitrine #5 (À suivre!)

Bien Cher Mon-Sieur,

Aparté ayant été fait de l’intime Floral de Ma-Dame,

Poursuivons:

Ainsi positionné, ma bouche au Buisson de Ma-Dame, mon visage  est au centre de sa géométrie. Je suis à présent au spectacle de sa poitrine rebondie gonflée et offerte dans mon regard, et comme je le disais par, mes paupières s’ouvrent et se ferment par intermittence. Je suis en effet tellement concentré de ma bouche, que mes yeux sont la plupart du temps clos, de par le fait d’une concentration absolue et extrême dans une sorte de recueillement charnel, baignés que nous sommes alors dans cette union amoureuse pleine de Volupté…

Il n’empêche, comme je le présentais plus haut mes 2 mains sont libres, libres d’aller et venir dans ce paysage de rondeurs et de courbes, de parfums et de chaleurs…

C’est donc ainsi que mes mains voyagent et commencent de longues arabesques en allant progressivement d’univers en univers tout le long du corps de Ma-Dame,

Mes mains et mes doigts vont et viennent ainsi, ma main droite disposant de plus d’aisance, notamment pour parcourir le ventre, la taille, le pubis, le Mont de Vénus, les hanches, les flancs, le buste, la poitrine, les seins, les épaules, et les bras de Ma-Dame. Ma-Dame est abandonnée à chacun des effets produits sur son corps et en sa chair par les caresses de mes doigts et de ma main associées au voyage de ma langue et de ma bouche à son ventre et au déversement de ses eaux en moi.

Lorsque apparaissent et viennent plus conséquentes les ondulations et les contractions de manière plus régulières, c’est presque naturellement que ma main et mon bras droits viennent par dessus au niveau de ses fesses et plus haut au niveau de son sacrum et de ses reins, pour mieux recevoir, cueillir et recueillir, accueillir et accompagner, amplifier même chaque ondulation, chaque contraction, 

Ma-Dame dans ces moments là est et devient active, très active même, sa main qui a retroussé, relevé le vêtement du haut vient alors souvent à ma tête, à ses seins tout en croisant la mienne, ma main droite qui légère effleure et donne pleine vie à son Voile d’Aphrodite,

Mon corps ondule alors également, et sa main gauche vient alors à mes cuisses ma hanche et mon ventre tournées vers elle et idéalement placé pour sa main et ses doigts à hauteur de mon sexe,

C’est souvent de par cet effet produit par ses caresses à mon entrejambe que ma langue se fait plus active aux abords de l’antre-entrée du sexe de Ma-Dame et à la naissance de son périnée,

Sa main vient à la découverte de ma toison et des aines de mon ventre qu’elle aime tant, parfois mon sexe est déjà gorgé et Érigé, parfois elle vient jouer alors du bout de ses doigts si légers dans leurs caresses…

Ma main aime alors à s’ouvrir largement, d’abord sur le plat de son ventre, et initier là l’excitation du Voile en dessinant simplement de longs cercles concentriques,

(À suivre!)

Je reprendrai et poursuivrai,

Suite à une conversation hier soir avec Ma-Dame, très accaparée en ce moment, je te fais dorénavant seul destinataire de ces messages.

Je te dis donc à plus tard, au plaisir de te lire,

Bonne journée,

Henri

Publié dans correspondance, Dance, Féminin Sacré, MeWe, Non classé, Poésie, Rézos, Trio | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 commentaires

La demande faite à Ma-Dame – Les Seins, la Poitrine #4 (À suivre!)

Cher Mon-Sieur,

Cher tendre ami,

Chère aimée (en copie),

Comme il me plaît de te retrouver à cette heure, qui est encore la nuit, où tout est tellement calme,

Comment tu  le lis, comme tu le sais maintenant, Cher Mon-Sieur, puisque tu es le destinataire et le délicieux récipiendaire des confidences confiantes de Ma-Dame, il se passe aujourd’hui et actuellement, beaucoup de choses, des événements, dans la vie de Ma-Dame, en de multiples domaines,

Mais ce n’est pas en ce sens que je viens te retrouver cher Mon-Sieur ce matin, mais pour reprendre le fil du récit intime à propos des seins de femme et notamment à propos de la poitrine et  des seins de Ma-Dame en particulier.

Et hier soir en parlant de cela à Ma-Dame, j’ai été très ému de par une réaction très personnelle qu’elle a eu, à ce sujet de cette histoire si intime j’ai commencé à te raconter et que je vais poursuivre à présent, par ailleurs

Mais hier soir également, de l’une des confidences de Ma-Dame, j’ai commencé avec elle à me caresser. Et en prolongement de cette caresse qui s’est poursuivie, j’ai délicieusement jailli et joui, mais ceci est une autre histoire et une nouvelle histoire dont la suite est encore dans les limbes dont tu entendras certainement parler dans vos échanges à venir,

À propos de limbes, je viens donc tout juste d’en émerger, j’ai écarté le drap, baissé le vêtement pour commencer à t’écrire en utilisant un logiciel l’écriture vocale pour être ainsi avec toi, cher ami, avec toi et pour toi par cette rédaction originale et dans la vibration de mon désir charnel tendu et érigé pour poursuivre ainsi le récit dans l’émotion la plus charnelle qui soit :

A ce moment-là donc, Ma-Dame, en remontant et retroussant son vêtement, pour faire apparaître ses fruits-seins gonflés comme des outres d’eau, à l’image de ces gourdes d’eau de bergers basques dont le contenu désaltérant et rafraîchissant fait se gonfler la peau animale tendue par le contenu liquide dans les lumières des paysages de montagnes et de pâturages de la Chaîne Pyrénéenne qui s’enfonce dans l’Océan. Ces seins sont alors ainsi comme des enveloppes rondes et gorgées de Vie…, Vie frémissante et frissonnante s’il en est!

Au coeur de ce fascinant spectacle j’ai déjà commencé de ma bouche, de ma gorge, de mon visage, de ma langue le voyage dans les Univers de la fleur ouverte de Ma-Dame, dans cette dentelle la plus intime qui soit d’une femme et de cette femme qui nous offre ainsi sa si belle présence de par son expression, de par le précieux de nos échanges…

En de tels instants, le corps de le visage de Ma-Dame se repose profondément dans cette détente absolue alors que je poursuis la découverte de chaque pétale de la fleur ouverte, dans les effluves de ses chairs.

Dans ce voyage, mes paupières s’ouvrent par intermittence et je peux alors observer tout autant le spectacle que le visage de Madonne entre les rondeurs mammaires de la femme ouverte et écartée. Entre ses seins, son visage  magnifique de Femme apaisée et apaisant de Madonne dont les yeux également parfois s’entrouvrent aussi pour des regards qui se croisent… Souvent son visage s’illumine alors que je lèche et que je bois sans compter, et que mes mains et mes doigts se joignent à la présence de mon visage à l’intérieur de ses cuisses et commence alors alors de mes deux mains largement ouvertes ce long voyage à l’intérieur de ses cuisses, cuisses merveilleuses que j’invite à s’ouvrir et à s’écarter davantage de douces et légères pressions.

Mes mains vont ainsi de ses aines à ses genoux, longuement, lentement, à l’intérieur de ses soies et de ses velours à l’intérieur de ses cuisses de Femme.

Je voudrais aussi te parler de cette Fleur évoquée plus haut, avant de te parler et de commencer à te parler des seins de Ma-Dame.

Cette fleur est un monde, cette fleur est une somme d’univers, cette fleur comme je le dis et le chante souvent à Madame dans des lettres, dans des chuchotements, dans nos gémissements et dans nos souffles. Cette Fleur et son sexe, son environnement jusqu’à son intérieur le plus chaud, cette Fleur et son sexe sont un Cosmos tout entier, des Univers composés  d’innombrables galaxies de Lumières…. 

Des mondes, des galaxies, des univers, des territoires Uniques et Vierges à la découverte desquels je pars à chacun de nos jours et de nos nuits passés ensemble…

Cette Fleur, ce sexe, cette Vulve, cette Merveille, oui, je les découvrent toujours pétale après pétale. D’une manière générale, on pense à une pivoine de saison, et à l’infinité de la dentelle composée par chacune de ses pétales, qui pour chacune d’elles est d’une richesse aussi luxuriante que la fleur tout entière elle -même… Que ce soit pour ses formes, que ce soit de par leurs couleurs et leurs teintes lorsqu’on les regarde, et que ce soit bien sûr pour la saveur et les goûts Sacrés et musqués de chacune d’entre elles…

En effet de la langue et de la bouche, durant cette Union, chaque pétale écartée et déplacée libère Mille jus, Mille Perles qui explosent en se libérant ainsi, sécrétées par le désir et notre émotion, et c’est ainsi que des Flux s’expriment, s’écoulent, dans ma bouche et dans ma gorge et vient aussi inonder mon visage tout entier que j’enduis moi-même en longues caresses d’un côté à l’autre et de haut en bas des joues au cou et au front, souvent mes cheveux en sont inondés aussi..

Et lorsque l’on poursuit le voyage dans cet Univers aquatique et Charnel au Cœur du Féminin de Ma-Dame, la découverte de cette première impression, de cette fleur féminine par excellence qu’est la pivoine, une surprise alors apparaît,

C’est ainsi qu’une nouvelle Fleur plus Sacrée encore est Rêve-Ailée, se dévoile, qui prend plutôt alors l’aspect de la Rose-Fleur, d’une Rose Vulve, d’une Rose-Sexe…, 

Cette nouvelle Fleur donne à penser et à envisager  que d’autres fleurs vont apparaître, ce qui est effectivement le cas en référence  à ce que je décris au-dessus en évoquant des galaxies tout entières, des univers et des cosmos, des Territoires… Cette Fleur se situe au Centre de la Couronne de pétales de chair,

Mais je vais en rester là à ce propos, car il me semble bien que je diverge à propos du sujet principal, mais cet aparté me semble totalement en rapport malgré tout,

(À suivre)

Henri

Publié dans correspondance, Dance, Féminin Sacré, MeWe, Multiple, Non classé, Poésie, Rézos, Trio | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire