Définitivement Partie

Définitivement Partie

2b193de4-57fe-422e-8a74-b3b2811ea1f8

tumblr_olddo1NKpa1qdj042o1_400


C’est donc lorsque j’étudi soir, dans la nuit, alors que s’est installé plus profondément, plus longuement que jamais et plus intensément encore  le silence que j’ai pensé à V…., à V…. chez B…., puis à V…. et B…. qui découvrent une intimité, leur intimité, V…. qui va vers d’autres Univers, d’autres Dimensions, d’autres relations, d’autres sensations, d’autres réalisations, d’autres beaux chemins…., pour elle, par elle-même, enfin, …

 

2015-08-17

tumblr_of9iapJrLu1si0kwmo1_400

Je sais que V…., et à quel point elle désire et désirait ce moment, ces moments, ce qu’elle disait « faire un câlin à B…. », « faire des câlins à B…. » et qui est en voie, de se réaliser, d’être conjugué au Présent, vécu dans l’intensité du temps et de l’instant, du corps et des pensées….. Le moment est là, le moment était là, les ingrédients épars enfin Ré-Unis, rassemblées, en deux corps, en mes pensées, et en mon corps attentif…

 

Pierre-Yves1

 

Cette première nuit du jeudi au vendredi, et comme souvent dans la nuit je m’éveille, je me réveille, pour des pauses plus ou moins longues dans le sommeil…, là, au vu de l’interminable silence j’ai compris qu’ils étaient enfin pour V…., enfin dans les bras l’un de l’autre…

 

2015-08-193SSID16D

 

J’ai alors pensé à V…. bien sûr, à son, jeune âge, à son inexpérience et je me suis mis à la place de B…., un tel Ange…. V…. dans un lit est un  Ange… Alors, oui, je me suis mis à sa place en laissant aller et faire V…. comme elle aime et forcément à partir de ce qu’elle connait d’un homme à travers moi et de ce que nous connaissons…., j’ai envisagé et senti sa réaction, ses réactions au contact du sexe de B…., du corps de B…., de sa peau, de ses parfums, de ses attentions, j’ai envisagé les gestes et attitudes de B…., ses intentions, son Désir, ses douceurs, sa sensualité, sa virilité, je me suis imprégné des sensations, des perceptions de ses mains sur V…., de ses envies d’Homme pour cette jeune fille à peine jeune Femme….

 

tumblr_ni1la4CPzx1r8vtjro1_540

 

J’ai senti alors, en B…., la nature Femme/sensuelle/aimante et la nature Femelle/Animale/charnelle de V…., j’ai senti alors le corps de V…., sa taille, ses hanches, la peau et la chair de V…. dans les mains et le corps de B…., dans sa chair et son jeune corps d’Homme, de jeune Homme, Son désir pour V…. m’a alors empli, son désir s’est alors fait mien, je suis devenu dur dans la nuit, dur dans le noir, j’ai senti alors mon sexe dans celui de B….… Mon sexe se fait dur dans B…., je sens le corps de V…. dans ses mains à lui/moi, la peau de V…. de ses caresses à elle sur Lui/Moi…, je vois V…. s’offrir à ce qui se passe, aller devant Moi/Lui, devant B…., s’offrir à ce qui vient, à ce qui les invite à tous les deux, enfin, dans cette fête dans cette rencontre des corps…., à cette fête pour V…. dans ses/mes mains autant que dans son regard et ses caresses, ce contact si intime, enfin…

tumblr_md6bauoPT01rt17rmo2_500

tumblr_o2nbg4CAUv1udi1ozo2_500

 

Oui, Enfin, enfin, V…. Jeune Fille/jeune Femme dans l’intimité de B…., son/mon sexe dressé….., le ventre de V…. qui vibre, ses seins moelleux et chauds et doux, les Parfums de V…. pour B…., pour son/mon visage, pour son sang, ces parfums chauds et doux de Femme/jeune Fille…, le sexe de B…., dans les doigts de V…., ses hésitations, les vibrations de mon/son sexe dans la longueur dressée et dure de B….…, les hésitations des doigts de V…., ses ondulations douces, les contractions de son bassin, les mouvement de ses reins, de ses hanches, ses cuisses pleines qui frémissent et s’ouvrent et ses jambes en prolongements, ses jolis pieds…., ses seins qui palpitent, ses seins moelleux et doux pour le visage et les mains de B…., les miennes, ses bras qui s’ouvrent, s’écartent pour étreindre, pour prendre appui, et ses aisselles, ses aisselles qui délivrent les plus capiteux des Parfums, extraits de V…. si intimes………..Les seins de V…. dressés, le seins de V…. et ses rondeurs pleines….et Le voyage de B…. qui commence….., je suis là, en ces perceptions, je suis là, en ces sensations, c’est intime, c’est un Nid, c’est une enveloppe, c’est une humeur, c’est une Union, c’est une rencontre, qui commence…, une découverte…., Mon sexe est dur, se fait et devient énorme….., je devine celui de B…., le désir de V….…les envies de V…., des souffles, des respirations, des bruits, des froissements, j’entends, j’écoute, je reçois….me voilà tellement là, et ce sont les mains et les regards qui nous emportent, nous transportent, nous élèvent, nous enlèvent, nous dirigent, sur le Fil du désir, dans la Magie de de cette Unité/Rencontre, dans le réel, le Notre, celui d’un tel moment…., celui de nos réalités, distinctes, Ré-Unies….

 

tumblr_o3qa1aDfND1risr9ko4_500

 

Alors c’est le sens des perceptions, la réalités des corps, des mains, de la chair, de la peau qui concrètement fait tout se rassembler, en autant d’ingrédients, dans la Magie effective du Désir et de nos corps…, le corps de V…., en Femme le corps de B…. en Homme et moi, là, ma présence, qui s’invite dans la nuit…, dans l’Imaginaire et le réel… Mon sexe s’est fait plus dur, je sens, je vois, je devine celui de B…., je suis là, …. Je vois V…. qui est là, qui est prête….

(orgasme)

tumblr_okem0o6OjT1s71ndao1_400

tumblr_m3rtqkoes81qljex6o1_500

 

B…. est dressé, érigé, dans notre regard, V…., V…. d’une présence qui emplit la pièce que je ne connais pas….cette pièce où la rencontre se produit, se réalise enfin…., cette ambiance propice, favorable, ces premiers échanges, à la fois premiers échanges, premiers mots tous récents, premiers regards, premiers contacts, premiers effleurements, premiers touchers, premières caresses, tout est allé si vite, si rapidement en fait….Cette chaleur qui nous invite qui nous parcourt, qui nous emplit….

 

tumblr_mgq8nqj1NU1qguputo1_500

 

Mon/son sexe est dur….V…. a choisi, de Prendre B…. en Elle, de l’y accueillir…., je suis là, brulant….alors que montent les parfums de V…. en Nous…. Du Désir de V…. notre sexe se gorge, est gorgé, vibre et palpite…là, mes/ses mains, ouvertes viennent sur le corps de V…., en approchant, érigé….

tumblr_o2wsift4e31ttjaaso1_400

tumblr_nxcfk8jjvn1t2na6io7_500

 

Ce contact, de ses/mes mains largement ouvertes, ses/mes doigts au contact de cette chair, de cette peau animée, chaude de Désirs, de Plaisir de Notre premier contact….

tumblr_oj6micvj0i1u6vdfmo1_400

tumblr_o1czsysHzr1uy0amko2_500

Extrait Hangout du vendredi matin :

Moi: Tu as été émue…….?

Elle: Émue de quoi ?

Moi: Emue de ce contact direct avec lui, et de vous deux ensemble……

Elle: Oui, beaucoup

oui, cela donc été fort, et tu as remarqué qu’il l’a senti lui aussi….?

Elle: Qu’il a senti une émotion ?

Moi: J’ai joui cette nuit/ce matin, en pensant à toi…., c’était bon

Elle: Au bon moment donc

Nous sommes synchro

 

tumblr_oea4rsJOU11s5ithto1_400

WP_20161102_13_17_16_Pro_LIGrande

Publié dans correspondance, Enerfé, G+, Non classé, Trio | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Projet Matrimonial, La Poésie d’abord!

Projet Matrimonial, La Poésie d’abord!

 

tumblr_mxvak2cKDR1qcvus4o3_r1_500Salut Bécassine……

Oui, mais non, je ne suis pas collectionneur, je suis plutôt une sorte de Grand Collecteur, un Cueilleur d’Émois, quoi…., non, pas de moi, Andouille, non, pas de Nous non plus….., d ‘ »Emois »… Voilà…..

Sartre TweetPi Les Sheriffs et OTH, pour toi et moi, ce sera la Musique pour la cérémonie de Mariage…., oui, on se mariera toi et moi, sur un parking de Supermarché, en périphérie d’une ville où il ne se passe jamais rien depuis toujours……

tumblr_muz342Zton1raw451o1_500A l’abri de la voûte d’un abri de caddies, translucide et sale en plastique ondulé, c’est un vigile stupide et quasi analphabète qui nous mariera….., il lira des magazines publicitaires en guise de textes sacrés, les tarifs, les promotions, des règlements de jeux pour gagner des timbres qui donnent des bons de réductions, des jeux contrôlés par huissiers (Bah oui ! Quand même !!!), toussa…..,

tumblr_mrjhkxAFyQ1ssj0hao1_500Non, tu veux pas…..? Et les Sheriffs gueuleront dans un radiocassette pourri des années 70 avec des batteries en fin de vie….. Rhâââââ, j’ en rêve……, Romantique à mort, un mariage d’époque (Et Pic !)

tumblr_lxts1fk9Pm1qlvjwwo1_400

On va organiser ça tranquille, on a 14 mois….. Après on fait les gosses, je te construis la maison (genre 3 Petits Cochons), ……, toussa.

Witkin JPW_motherchild_600

Non, on va rester sur cette Planète de Merde, on s’habillera de vêtements en tôles ondulées que je dessinerai moi-même, on aménagera des vieux hangars industriels bien pollués désaffectés, on se reproduira comme des rats, tu allaiteras ces gosses comme une vache, je te nourrirai de rats et d’insectes urbains que je chasserai les jours impairs dans les zégouts, le printemps et certaines nuits d’automne (pas trop de boulot non plus quand même, merde !)

tumblr_mnzqc56nrD1ratk55o1_500et que je mettrai en conserves après avoir laissé bien faisander dans les courants d’air du hangar, sous les tôles rouillées…. Ça fera du lait noir, pour changer….., ils apprendront à lire avec des panneaux publicitaires pour sous-vêtements et 4 X 3 de hard discounters (c’est pratique, il y a les chiffres pour les prix avec des images)…

IMG_5149

Oui, tu verras, je t’enculerai tous les jours, ça te donneras chaud partout et te fera de la lumière a tous les étages….., pendant que les enfants dormiront.

tumblr_md39uxmdz81rr1ivdo1_500

Publié dans correspondance, G+, Humeur | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Le Courrier d’Elle à Lui…

“Pour la première fois de ma vie j’aime sans passion”

Liaisons dangereuses2

[Venise,] 12 mai [1834]

Non mon enfant chéri, ces trois lettres ne sont pas le dernier serrement de main de l’amante qui te quitte, c’est l’embrassement du frère qui te reste. Ce sentiment-là est trop beau, trop pur et trop doux pour que j’éprouve jamais le besoin d’en finir avec lui. Es-tu sûr, toi, mon petit, de n’être jamais forcé de le rompre ? Un nouvel amour ne te l’imposera-t-il pas comme une condition ? Que mon souvenir n’empoisonne aucune des jouissances de ta vie, mais ne laisse pas ces jouissances détruire et mépriser mon souvenir. Sois heureux, sois aimé. Comment ne le serais-tu pas ? Mais garde-moi dans un petit coin secret de ton cœur et descends-y dans tes jours de tristesse pour y trouver une consolation ou un encouragement. — Tu ne parles pas de ta santé. Cependant tu me dis que l’air du printemps et l’odeur des lilas entre dans ta chambre par bouffées et fait bondir ton cœur d’amour et de jeunesse.

53705eff59853

 

Cela est un signe de santé et de force, le plus doux certainement que la nature nous donne. Aime donc, mon Alfred, aime pour tout de bon. Aime une femme jeune, belle et qui n’ait pas encore aimé, pas encore souffert. Ménage-la et ne la fais pas souffrir. Le cœur d’une femme est une chose si délicate quand ce n’est pas un glaçon ou une pierre ! Je crois qu’il n’y a guère de milieu et il n’y en a pas non plus dans ta manière d’aimer et d’estimer. C’est en vain que tu cherches à te retrancher derrière la méfiance, ou que tu crois te mettre à l’abri par la légèreté de l’enfance. Ton âme est faite pour aimer ardemment ou pour se dessécher tout à fait. Je ne peux pas croire qu’avec tant de sève et de jeunesse, tu puisses tomber dans l’auguste permanence. Tu en sortirais à chaque instant, et tu reporterais malgré toi sur des objets indignes de toi la riche effusion de ton amour. Tu l’as dit cent fois, et tu eu beau t’en dédire, rien n’a effacé cette sentence-là : Il n’y a au monde que l’amour qui soit quelque chose. Peut-être est-ce une faculté divine qui se perd et qui se retrouve, qu’il faut cultiver ou qu’il faut acheter par des souffrances cruelles, par des expériences douloureuses. Peut-être m’as-tu aimée avec peine pour aimer une autre avec abandon.

tumblr_o7qml3y5tn1scutgpo1_540

Peut-être celle qui viendra t’aimera t-elle moins que moi, et peut-être sera-t-elle plus heureuse et plus aimée. Il y a de tels mystères dans ces choses et Dieu nous pousse dans des voies si neuves et si imprévues ! Laisse-toi faire, ne lui résiste pas. Il n’abandonne pas ses privilégiés. II les prend par la main et il les place au milieu des écueils où ils doivent apprendre à vivre, pour les faire asseoir ensuite au banquet où ils doivent se reposer. Moi, mon enfant, voilà que mon âme se calme et que l’espérance me vient. Mon imagination se meurt et ne s’attache plus qu’à des fictions littéraires. Elle abandonne son rôle dans la vie réelle et ne m’entraîne plus au delà de la prudence et du raisonnement.

tumblr_nfcj6jub061u3loglo1_540

Mon cœur reste encore et restera toujours sensible et irritable, prêt à saigner abondamment au moindre coup d’épingle. Cette sensibilité a bien encore quelque chose d’exagéré et de maladif qui ne guérira pas en un jour. Mais je vois aussi la main de Dieu qui s’incline vers moi, et qui m’appelle vers une existence durable et calme. Tous les vrais biens, je les ai à ma disposition. Je m’étais habituée à l’enthousiasme et il me manque quelquefois ; mais quand l’accès de spleen est passé, je m’applaudis d’avoir appris à aimer les yeux ouverts. Un grand point pour hâter ma guérison, c’est que je puis cacher mes vieux restes de souffrances. Je n’ai pas affaire à des yeux aussi pénétrants que les tiens et je puis faire ma figure d’oiseau malade sans qu’on s’en aperçoive. Si on me soupçonne un peu de tristesse, je me justifie avec une douleur de tête ou un cor au pied. On ne m’a pas vue insouciante et folle. On ne connaît pas tous les recoins de mon caractère. On n’en voit que les lignes principales, cela est bien, n’est-ce pas ? — Et puis ici, je ne suis pas Mme Sand. Le brave Pierre n’a pas lu Lélia et je crois bien qu’il n’y comprendrait goutte. Il n’est pas en méfiance contre ces aberrations de nos têtes de poètes. Il me traite comme une femme de vingt ans et il me couronne d’étoiles comme une âme vierge. Je ne dis rien pour détruire ou pour entretenir son erreur, je me laisse régénérer par cette affection douce et honnête. Pour la première fois de ma vie j’aime sans passion.

tumblr_n24gqgIyEt1sn47vgo1_500tumblr_nh8ax05sGc1qhutmmo1_1280tumblr_nfb0trWje41qlcyfro1_500tumblr_nfwci3EwlH1tj3pfro1_500tumblr_ng8b2rZvlf1rvgos1o1_1280

Tu n’es pas encore arrivé là, toi. Peut être marcheras-tu en sens contraire. Peut être ton dernier amour sera-t-il le plus romanesque et le plus jeune. Mais ton cœur, ton bon cœur, ne le tue pas, je t’en prie! Qu’îl se mette tout entier ou en partie dans toutes les amours de ta vie, mais qu’il y joue toujours son rôle noble, afin qu’un jour tu puisses regarder en arrière et dire comme moi : j’ai souffert souvent, je me suis trompé quelques fois, mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. J’ai essayé ce rôle dans les instants de solitude et de dégoût, mais c’était pour me consoler d’être seul, et quand j’étais deux, je m’abandonnais comme un enfant, je redevenais bête et bon comme l’amour veut qu’on soit.

11_1QHb1tumblr_o5260tx0Vv1qzoaedo1_540

Que tes lettres sont bonnes et tendres, mon cher Alfred ! La dernière est encore meilleure que les autres; ne t’accuse de rien, n’aie pas de remords, si tu ne peux surmonter certaines répugnances certaines tristesses. Ne hasarde rien qui te fasse souffrir. Tu as bien assez souffert pour moi. Ne vois pas mon fils si cela te fait mal. Si tu le vois, dis-lui qu’il ne m’a pas écrit depuis plus de deux mois et que cela me fait beaucoup de peine. — Je suis triste de n’avoir pas ma fille, et à présent que j’ai fixé que je ne devais pas la voir avant le mois d’août, je pense à elle nuit et jour avec une impatience et une soif incroyables. Qu’est-ce que c’est que cet amour des mères ? C’est encore une chose mystérieuse pour moi. Sollicitudes, inquiétudes cent fois plus vives que dans l’amour d’une amante et pourtant moins de joie et de transports dans la possession. Absence qui ne s’apercevait guère dans les premiers jours et qui devient cruelle et ardente comme la fièvre à mesure qu’elle se prolonge.

tumblr_o4941oJAU01t5v89po1_540tumblr_o46zzjV4n11rcmemqo1_500

Je t’envoie une lettre pour Boucoiran, que je te prie de lui faire passer tout de suite. Je lui dis d’aller te voir. Charge-le de celles de mes affaires et de mes commissions qui t’ennuieront ou que tu n’auras pas le temps de faire. Je t’envoie la liste de ces commissions. Paye-toi avec l’argent que Buloz ou Salmon te remettront pour moi et dis-moi au juste où en sont mes affaires, si je puis faire payer mon loyer et surtout Sosthènes. Je crois que Buloz me doit encore 1500 francs sans compter la Lettre sur les Alpes que je t’ai envoyée et que je te supplie de ne pas lui donner si elle ne te plait pas.

tumblr_mzzyf2ROyN1s3wyfro1_500

 

tumblr_o2hnwl6WyW1r9jzs2o1_540Sartre Tweet

— Je lui ai envoyé la fin d’André. Aie la bonté d’en corriger les épreuves, veux-tu, mon enfant ? Il y a deux choses à observer. D’abord que j’ai fait en plusieurs endroits de grosses bourdes à propos de l’âge de majorité. Il faut que tu t’assures de l’âge où un homme peut se marier sans le consentement des parents, et que tu fasses accorder les trois ou quatre passages où j’en parle. Il me semble que dans de certains endroits je lui donne vingt ans, et que six mois après il se trouve en avoir 25.

https://etoile31.wordpress.com/2014/10/25/projet-matrimonial-la-poesie-dabord/

— Ensuite, il y a une grande portion de manuscrit, celle que tu as emportée, je crois, où j’ai oublié de faire la division des chapitres. Arrange cela et fais concorder les chiffres que j’ai laissés en blanc avec les précédens. Enfin, corrige les mots bêtes, les redites, les fautes de français. Tu sais que c’est un grand service à rendre à un auteur absent, que de le sauver de la bêtise des proies et de sa propre inadvertance. Jacques est en train et va au galop. Ce n’est l’histoire d’aucun de nous. Il m’est impossible de parler de moi dans un livre, dans la disposition d’esprit où je suis. — Pour toi, cher ange, fais ce que tu voudras, romans, sonnets, poèmes, parle de moi comme tu l’entendras, je me livre à toi, les yeux bandés. Je te remercierai à genoux des vers que tu m’enverras et de ceux que tu m’as envoyés. Tu sais que je les aime de passion, tes vers, et qu’ils m’ont appelée vers toi, malgré moi, d’un monde bien éloigné du tien.Mon oiseau est mort, et j’ai pleuré, et Pagello s’est mis à rire, et je me suis mise en colère, et il s’est mis à pleurer, et je me suis mise à rire. Voilà-t-il pas une belle histoire ?

2b193de4-57fe-422e-8a74-b3b2811ea1f8

J’attends qu’il m’arrive quelques sous pour acheter une certaine tourterelle dont je suis éprise. Je ne me porte pas très bien. L’air de Venise est éminemment coliqueux et je vis dans des douleurs d’entrailles continuelles. J’ai été très occupée d’arranger notre petite maison, de coudre des rideaux, de planter des clous, de couvrir des chaises. C’est Pagello qui a fait à peu près tous les frais du mobilier, moi j’ai donné la main d’œuvre gratis, et son frère prétend, pour sa part, s’être acquitté en esprit et en bons mots. C’est un drôle de corps que ce Robert. Il a des façons de dire très comiques. L’autre jour il me priait de lui faire un rideau parce que lepopolo s’attroupait sur le pont quand il passait sa chemise. Au reste, je vis toujours sous la menace d’être assassinée par Mme Arpalice [Fanna]. Pagello s’est birouillé tout à fait avec elle. Giulia prend la chose au sérieux et vit pour moi dans des inquiétudes comiques. Elle me supplie de quitter le pays pour quelque tems parce qu’elle croit de bonne foi à une coltellata.

untitled (2)

1m67vj

Voici les petits objets que je te prie de m’envoyer. Douze paires de gants glacés. — deux paires de souliers de satin noir et deux paires de maroquin noir, chez Michiels au coin de la rue Helder et du boulevard. Tu lui diras de les faire un peu plus larges que ma mesure : j’ai les pieds enflés et le maroquin de Venise est dur comme du buffle ; un quart de patchouly chez Leblanc, rue Sainte-Anne, en face le n°50 ; ne te fais pas attraper, cela vaut 2 francs le quart, Marquis le vend 6 f. — le cahier de nos romances espagnoles que Boucoiran prendra chez Paultre et te portera. — quelques cahiers de beau papier à lettres, il est impossible d’en trouver ici. — un paquet de journaux liés avec un cordon qui se trouve dans une de mes armoires de boule et que tu diras à Boucoiran de chercher. Ce sont les journaux qui ont parlé avantageusement d’Indiana et de Valentine. Pagello est en marché pour en vendre une traduction qu’il veut faire ; et il espère en tirer le double, s’il peut présenter à l’éditeur des journaux favorables. — N’oublie pas de joindre aux livres que je t’ai demandés la Marquise, Aldo le rimeur et Métella, parce qu’on demande une opérette pour commencer la publication. Le romantique est fort à la mode ici. Aldo aurait, je crois, du succès.

Sartre Tweet

 

Rhaa_Lovely-2_gotlib

eve71

pervers-pepere-1

La Marquise aussi, parce qu’on est curieux à Venise des histoires singulières, stupides et folles. Je serais bien aise de faire gagner quelque million (de centimes) à Pagello avec mes œuvres légères. Je crois qu’il pourrait traduire aussi [Les Caprices de]Marianne, Fantasio ou Andréa. Je sais assez d’italien à présent pour l’aider à comprendre ta prose quoiqu’elle soit moins abordable que la mienne à un étranger. Il comprend très bien d’ailleurs le français imprimé et il écrit l’italien très remarquablement à ce qu’on dit. Je crois que tes petites comédies en prose feraient rage et cela m’amuserait de nous voir devenir célèbres à Venise. — Tu mettras toutes ces choses dans une caisse avec les livres (tout cela peut voyager ensemble sans inconvénient) et je te prie de mettre la caisse à la diligence à l’adresse de Pagello, Farmacia Ancillo, à Venise — cela suffit et Pagello se charge de tout. — Adieu, mon cher petit ange, écris-moi, écris-moi toujours des ces bonnes lettres qui ferment toutes les plaies que nous nous sommes faites et qui changent en joies présentes nos douleurs passées. Je t’embrasse […] pour moi et pour le docteur.

tumblr_ohwp2ht1sx1qikbl7o2_500

tumblr_ohwptusYfm1qikbl7o1_400

tumblr_ohwp2ht1sx1qikbl7o1_500

tumblr_ogo2jbtgjF1vvd6k5o1_400

Ecris-moi à la farmacia Ancillo, c’est le plus prompt moyen d’avoir tes lettres dès le matin.

Tu as [ligne coupée] sent-il aussi mauvais que par le passé ? As-tu entrevu le gigantesque col de chemise ? Quelquefois je me mets à rire toute seule au souvenir de nos bêtises et puis il se trouve que cela me fait pleurer. Oh! nous nous reverrons, n’est-ce pas ?

tumblr_oj8zncWN3N1tbfj76o1_400

Lettre de George Sand à Alfred de Musset

Publié dans correspondance, Dance, G+, Humeur | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Préparation à Mardi

Préparation à Mardi

tumblr_p1046eiivq1soem54o1_500

Ce que tu évoques à propos de mon expression textuelle a ton égard pour solliciter ta féminité sexuelle m’inspire…… Je te veux bien plus Femelle et chaude encore offerte et libre… Comme tu en as le chaud Desir pour mardi….. Pour cet Homme et sa Belle Longueur….. Dont je garde un si beau souvenir pénétrant ta bouche alors qu’il te léchait dans Mon Regard, ou encore dans ta main alors que tu étais entre nous deux, Petite Chatte chaude et que tu a fait venir sa Semence pour Toi pour tes doigts dans ta caresse amoureuse de Sa Puissante Longueur qui t’avait pénétrée si loin, en Ta Gorge et en Ta Vulve…….

tumblr_ovgvwu5a3N1stknl7o1_500

Tu es tellement Belle et toi-même en Femme prise, pénétrée, chérie et emportée par tes contractions et ta Faim de nos Chairs en Toi, dans ton ventre aux coussinets gorgés, dans ta bouche avide dans ton anus ouvert si délicat, par les ondulations et la Houle de ton Désir, par tes feulements de Femelle et ta Soif à jamais inassouvie de Notre Amour pour toi en Chaleurs…. Ô ma femelle adorée !

tumblr_ou7uxaIIcl1skc2a9o1_540

Glisse déjà en ton anus chaud le plug d’Acier froid et dis le à Mon-Sieur dans un texto en détaillant des sensations et tes émotions amoureuses personnelles pour lui….

tumblr_ow5v5dsIo21w8ti6io1_500

Donne et Offre à ce Mâle en Desir de Ton Être et de ton Corps que tu as Faim de Lui, une Faim Chaude, Animale et Delicate, exigeante…. Prouve lui que tu te prépares à Lui vers mardi

tumblr_mnt4ueANo61r9e2uvo1_500

Publié dans correspondance, Humeur, Trio | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Messages à Soeur Lune

Messages à Soeur Lune

tumblr_ochzkbzClL1r8maqzo5_250
Quel Immense Honneur tu me fais par avance dans ce choix de culotte pour me transmettre les Fruits de ton Cycle de Janvier Chérie, Des Larmes viennent à mes yeux, saches-le, là, maintenant, Reine Chérie!

Ô Reinecomme tu es Belle, Mère!

Ô Ma Soeur, Femme-Reine, Mon Trésor, Ma K-N-Aile Tu Rayonnes en Cette Nuit, en Moi, en Énergie Matricielle et Utérine Chaude……., caresse moi doucement de ta main,

Coucou

Tu dois être avec les Petits d’Amour

Pourras-tu me dire quel jour exactement ton liquide Rouge Sang a commencé à s’écouler de Toi, Ma Chérie….?

tumblr_oh4e3p2Ubl1qa1j80o1_540
C’est vraiment fou et très particulier ce que produisent les effets des Parfums, de tes Parfums corporels et des sécrétions corporelles, qui sont générés en moi par ce contact avec tes dentelles intimes et tout ce que cela éveille.., réveille…..!!!!

Vise ce que l’on me transmet….. :

Toi qui a envie de Beau, de Grands Espaces,
Je formule le Voeu de vivre avec toi le Rock’n’Roll de Soleil et de Feu……..
WP_20180126_15_40_35_Rich
Comme je suis impatient de découvrir le Soleil, Ton Soleil…. Comme ce Lever…..

Ô Ma Reine! Ô Épouse de ce Vendredi qui est là, Ô Kanelle! Tu m’honores de tant et de tant d’Amour ainsi exprimé et Donné, transmis et reçu…… C’est une Nourriture Cosmique et Charnelle, Humaine Telle dans sa Constante Abondance…. J’en reçois des bienfaits inouïs et tellement concrets. Et ce Cordon Ombilical est un véritable Fleuve d’Intarissables Lumières vivantes…. Il est Ton Lait que de Ton Sein Divin tu me donnes en tenant ma Tète, Mère Reine…. Cet Amour, Notre Amour…..

En Toi, Mère, il y a Notre Printemps….

Ma Jolie, Je suis envahi et submergé par une Envie, un Désir, une Curiosité Folle de regarder, de voir, ton Clitoris, le regarder des jours entiers Mon Ange, Ô Mon Amour, je Veux t’en faire part....
tumblr_p2x6yjOFm81th2g91o1_1280
Ô Reine des Mères! Ô Ma Princesse! Quelle Profonde Douceur t’habitait hier soir, là, lorsque tu m’as téléphoné en t’endormant! Quelle Douceur, Ô Ma Précieuse Perle des Perles, Soeur de mes Soeurs, Ma Chérie! Alors que je soufflais la Bougie, j’ai senti le Sommeil t’emporter doucement alors que tu évoquais ma Main enveloppant ton Sein, Ô Ma Chérie, tu désires mon Corps contre le Tien, tu désires ma Présence tout comme je désire Ton Corps, tout comme je désire ta Présence, Ma Chérie! Ô Ma Jolie! Ce soir j’ai raccompagné Ma-Demoizelle avec ses deux sacs de linge de lessives faites chez moi…. ,et là en rentrant, la Lune, dans un voile de brume m’est apparue…, Ô Mon Ange! Comme Cette Lune m’a parlé des Toits de Stella, du Donjon de Stella! Alors oui, je vais venir, puisque Maman Lune m’a parlé de ce Chemin à Parcourir dans ses Rayons d’Argent pour venir de Mon Pays de Fin’Amor jusqu’à ton Pays des Fées…., Je vais emporter les deux précieux Bonbons Blanc et Noir qui contiennent tes Culottes, pour le voyage dans les Brumes de la Traversée…. Tu peux être assurée de la Réalisation de Ton Voeu de m’avoir pour la Nuit Contre Toi…. Je t’Aime Kanelle, Je t’Aime…
tumblr_p2mymdpbBS1vpn6obo1_540 (3)
Publié dans correspondance, Dance, Humeur | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

J-7 Les Textos, La Mémoire, Les Perspectives

J-7 Les Textos, La Mémoire, Les Perspectives

13 - 1o

Bonjour Mon Amour, comme je suis sans nouvelles de toi, je regarde les photos d’hier, comme tu étais jolie toute joliment préparée au moment du départ….. Après avoir porté tous ces bagages…. Je pense souvent à tous ces escaliers moi qui ait tant de mal dans les escaliers, mais c’est important aussi cela fait bien fonctionner le Coeur les escaliers et obligé à faire de l’exercice… J’ai toujours vécu dans des maisons avec des escaliers….. J’ai aussi regardé les photos, notamment celles où tu es si Belle lorsque tu es arrivée avec ce vêtement royal que nous avons ouvert pour m’offrir tes Seins pleins, gonflés, doux et généreux de Mère-Reine… Nous avons alors soulevé le dessous noir, écarté les bretelles fines pour faire pleinement l’Amour, Ô Ma Chérie, que ce vêtement Or et Bleu est beau, Ma Chérie! Ton Rouge à lèvres d’hier est tellement beau…. Je bande, je bande

41832892_p

Ô Ma Perle si Précieuse..
Cette nuit en relisant le hangout d’hier….
« Je ris, je ris, je ris aux éclats de relire notre conversation et tes bugs d’amour, tes bugs et l’ordi qui en rajoute…. Tu es drôle, nous sommes drôles, je t’aime, je t’aime……. C’est Infini, c’est Éternel »….
Ô Mon Ange d’Éternité

tumblr_n889opiWli1risr9ko1_1280

Tu es adorable… Comme il est bon d’être Tien en Amour…
Belle journée Mon Amour…
Sois Belle de Nous…
Je me ferai Tien tout le jour…. De mon sexe dur et entre mes doigts pour Toi, de Toi…. Oui, Rayonne et ri, ri, sois joyeuse, cela te fait tellement Belle…
Ma Chérie, je suis sorti, téléphone oublié et quand je reviens, Ô Mon Coeur tu es Belle….. Et tu te fais mienne. Je veux t’honorer de mes caresses, me faire Tien, Dur, Érigé et me masturber, palpitant, en Offrande a ton rayonnement amoureux de par ton Féminin Divin en Notre Royaume de Bretagne Ma Chérie… Oui, regarde comme je bande de Toi, pour Toi, Regarde!!!

tumblr_ni7m6l6w4V1tp5or1o1_500

Ô comme je suis Gorgé de Toi, au moment pile où tu m’adresse ce texto d’inquiétude et de pensée… Vois comme je bande d’Amour…
Je Gémis, je halète avec Ivresse, le souffle court
Ô Mon Éternelle et Infinie, Immense Amour de la Nuit des Temps et des Origines…
Je crie d’être aussi ému et dur, erigé

tumblr_nzaz6outcZ1uypbzdo1_1280

Oui, découvrons ensemble cette Origine du Monde…, Notre Union Sacrée… Coule, coule, palpite de Joies, Ma Chérie, nous voilà réconciliés, chacun pour notre part et ensemble, à Jamais, de Toujours…
Je pleure de tant d’Amour, Mon Coeur… Les Larmes pour tes Seins qui accueillent mon Visage
Chérie, Je suis bouleversé de tant de vibrations Universelles qui me traversent en provenance de ta Réalité…..
Quelle Belle Énergie Mon Amour que celle vécue et ressentie aujourd’hui avec de multiples effets si surprenants… Ô Mon Ange, Dimanche prochain je serai à cette heure là en route vers Notre Royaume Amour…. Tu te prépareras de ton Corps, de tes plus beaux atours de Charme et de Reine…. Ma K-N-Aile….

61ce9912ad0a03cb1eddbaa

Publié dans correspondance, G+, Humeur | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Lettre « Du Chevalier Danceny à Cécile Volanges »…..

Lettre « Du Chevalier Danceny à Cécile Volanges »…..

tumblr_msxpeaf0z91s6pefio1_500

Lettre LXXX

Du Chevalier Danceny à Cécile Volanges

Cécile, ma chère Cécile, quand viendra donc le temps de nous revoir ? qui m’apprendra à vivre loin de vous ? qui m’en donnera la force & le courage ? Jamais, non jamais, je ne pourrai supporter cette fatale absence. Chaque jour ajoute à mon malheur : & n’y point voir de terme ! Valmont, qui m’avait promis des secours, des consolations, Valmont me néglige, & peut-être m’oublie. Il est auprès de ce qu’il aime ; il ne sait plus ce qu’on souffre quand on est éloigné. En me faisant passer votre dernière lettre, il ne m’a point écrit. C’est lui pourtant qui doit m’apprendre quand je pourrai vous voir, & par quel moyen. N’a-t-il donc rien à me dire ? Vous-même, vous ne m’en parlez pas ; serait-ce que vous n’en partagez plus le désir ? Ah ! Cécile, Cécile, je suis bien malheureux. Je vous aime plus que jamais : mais cet amour qui faisait le charme de ma vie, en devient le tourment.

tjf16

Non, je ne peux plus vivre ainsi, il faut que je vous voie, il le faut, ne fût-ce qu’un moment. Quand je me lève, je me dis : « Je ne la verrai pas. » Je me couche en disant : « Je ne l’ai point vue. » Les journées, si longues, n’ont pas un moment pour le bonheur. Tout est privation, tout est regret, tout est désespoir ; & tous ces maux me viennent d’où j’attendais tous mes plaisirs ! ajoutez à ces peines mortelles mon inquiétude sur les vôtres, & vous aurez une idée de ma situation. Je pense à vous sans cesse, & n’y pense jamais sans trouble. Si je vous vois affligée, malheureuse, je souffre de tous vos chagrins ; si je vous vois tranquille & consolée, ce sont les miens qui redoublent. Partout je trouve le malheur.

Copie de 120420083917

Ah ! qu’il n’en était pas ainsi, quand vous habitiez les mêmes lieux que moi ! Tout alors était plaisir. La certitude de vous voir embellissait même les moments de l’absence ; le temps qu’il fallait passer loin de vous m’approchait de vous en s’écoulant. L’emploi que j’en faisais ne vous était jamais étranger. Si je remplissais des devoirs, ils me rendaient plus digne de vous ; si je cultivais quelques talents, j’espérais vous plaire davantage. Lors même que les distractions du monde m’emportaient loin de vous, je n’en étais point séparé. Au spectacle, je cherchais à deviner ce qui vous aurait plu ; un concert me rappelait vos talents & nos si douces occupations. Dans le cercle, comme aux promenades, je saisissais la plus légère ressemblance. Je vous comparais à tout ; partout vous aviez l’avantage. Chaque moment du jour était marqué par un hommage nouveau, chaque soir j’en apportais le tribut à vos pieds.

tumblr_mrphbdZbRU1r3hxhro1_500

À présent, que me reste-t-il ? des regrets douloureux, des privations éternelles, & un léger espoir que le silence de Valmont diminue & que le vôtre change en inquiétude. Dix lieues seulement nous séparent, & cet espace, si facile à franchir, devient pour moi seul un obstacle insurmontable ! & quand, pour m’aider à le vaincre, j’implore mon ami, ma maîtresse, tous deux restent froids & tranquilles ! Loin de me secourir, ils ne me répondent même pas.

99900e-image-de-Laura-3996

Qu’est donc devenue l’amitié active de Valmont ? que sont devenus surtout, vos sentiments si tendres &, qui vous rendaient si ingénieuse pour trouver les moyens de nous voir tous les jours ? Quelquefois, je m’en souviens, sans cesser d’en avoir le désir, je me trouvais forcé de le sacrifier à des considérations, à des devoirs ; que ne me disiez-vous pas alors ? par combien de prétextes ne combattiez-vous pas mes raisons ? Et qu’il vous en souvienne, ma Cécile, toujours mes raisons cédaient à vos désirs. Je ne m’en fais point un mérite ; je n’avais pas même celui du sacrifice. Ce que vous désiriez d’obtenir, je brûlais de l’accorder. Mais enfin je demande à mon tour ; & quelle est donc ma demande ? de vous voir un moment, de vous renouveller & de recevoir le serment d’un amour éternel. N’est-ce donc plus votre bonheur comme le mien ? Je repousse cette idée désespérante, qui mettrait le comble à mes maux. Vous m’aimez, vous m’aimerez toujours ; je le crois, j’en suis sûr, je ne veux jamais en douter ; mais ma situation est affreuse, & je ne puis la soutenir plus longtemps. Adieu, Cécile.

De Paris, ce 18 septembre 17…

deux3

Pierre Choderlos de Laclos, Lettre LXXX, Les Liaisons Dangereuses, 1869 (volume 1, pp. 249-252).

©Illustrations, Source:Internet, auteurs: inconnus, sauf mentions indiquées

Publié dans Dance, Non classé | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire
%d blogueurs aiment cette page :